LISON-LEROY, Françoise (née en 1951) : "C'est pas un jeu" (2008)

Elle fait le ménage chez un cou­ple dont elle aime l'homme, en secret. C'est la femme qui la paie après la tasse de café partagée. Elle a volé une pho­to de lui, une clé de sa moto, quelques enveloppes à son nom.

Ce matin elle saisit un cheveu bouclé dans le lavabo, le glisse dans sa boîte à tré­sors. Ren­trée chez elle, elle fera l'inventaire des trou­vailles, depuis le pre­mier revolver.

Paru dans…
recueil C'est pas un jeu (2008)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : recueil C'est pas un jeu (2008) | con­tribu­teur : Karel Logist | crédits illus­tra­tions : © Serge Lison.

DANNEMARK, Francis (1955–2021) : "Ce vin de lune" (2000)

Ce vin de lune

(Cool Cat Blues)

Tout per­du, plus d'une fois, bu le lait
du chat, dor­mi sur des lits avec des
femmes chauves. Et tout per­du encore.
on eût dit galerie des glaces brisées
- et je crois que si des rêves durent,
c'est qu'ils vien­nent de Mars
en droite ligne, avec les anges.
Ne me plains pas, non, un matin clair
efface la nuit entière, je voulais
juste dire qu'il y a des choses dont
on ne meurt pas, en tout cas pas
néces­saire­ment. J'aurai mille ans hier
- et demain encore le cœur d'un clown,
qui a tout per­du, plus d'une fois, et bu
le lait du chat, ce vin de lune.

Paru dans…
recueil La longue course (2000)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : recueil La longue course (2000) | con­tribu­teur : Karel Logist | crédits illus­tra­tions : © Bernard Kerg­er.

DELAIVE, Serge (né en 1965) : "Peser l'aube" (2022)

Peser l'aube

Amour com­bi­en pèse l'aube
ce matin où elle incendie
tes iris à peine éveil­lés
lunes d'eau ambrées qui dilu­ent
ton corps et ses per­fec­tions de fes­tin
dans les par­tic­ules char­nues de lumière
arrimées à la brise nénuphar

Amour com­bi­en pèse l'aube
ce matin sur les brais­es
de mon implaca­ble soli­tude
que solid­i­fient mon ven­tre et mes entrailles
rongés par un rat aux dents jaunes
sous les travées lour­des de lumière
aus­si menaçantes que le futur

Amour com­bi­en pèse l'aube
ce matin quand je défie le miroir
qui te retient ou t'efface
sur sa sur­face ocre et sans tain
selon la con­stel­la­tion que tu favoris­eras
une source uni­voque de lumière
m'assignant à la nausée des ape­san­teurs.

Paru dans…
recueil Lacu­naires (2022)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : recueil Lacu­naires (2022) | con­tribu­teur : Karel Logist | Pho­to de cou­ver­ture par Serge Delaive.

SAVITZKAYA, Eugène (né en 1955) : "Au printemps…" (1986)

Au print­emps, dans le linge pur, le cœur de Jean
ou celui du tau­reau, le mon­stre dans les fleurs,
le fleuri, le pour­ri, le puant et ses feuilles,
ses plantes cul­tivées, trèfle d'épines et palmi­er
de ros­es, et du mon­stre le cinquième
quarti­er, la cervelle, le foie, les yeux et l'ivoire,
du print­emps la géhenne, la boucherie,
couleurs mêlées aux fontes, à la fontaine,
à la roue, au linge autour du cœur, du mon­stre
mort dans le sang et l'eau blanche que vom­it,
garçon de fleurs et d'entrailles, bouch­er
de pre­mier print­emps, le pein­tre des machines.

Paru dans…
recueil Bufo bufo bufo (1986)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : recueil Bufo bufo bufo (1986) | con­tribu­teur : Karel Logist | crédits illus­tra­tions : © Marie André.

AVENTIN, Christine (née en 1975) : "Patiente de sexe féminin…" (2021)

Patiente de sexe

féminin âgée de

quar­ante-sept ans

amenée aux urgences

par une amie

suite à une OMA

(otite moyenne aiguë)

avec douleurs insom­ni­antes

non traitées –

n’a pas con­sulté.

patiente en posi­tion

chien de fusil

présen­tant céphalées

intens­es et AEG

(altéra­tion de l’état général)

vom­isse­ments

pho­to­pho­bie

état prostré

Notez votre douleur

sur une échelle

de un à dix

demande l’urgentiste

et je réponds qua­tre

d’après le tableau

que j’ai là sous les yeux

for­mi­da­ble apti­tude

à nier la cat­a­stro­phe

en lais­sant une marge

chiffrable pour un pire

qui ne saurait tarder.

Paru dans…
recueil Scalp (2021)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : recueil Scalp (2021) | con­tribu­teur : Karel Logist | Cou­ver­ture de Ben­jamin Mon­ti.

SORTET, Gaëtan (né en 1974) : "Les feuilles et les rires s'envolent, je crois…" (2023)

Les feuilles et les rires s'envolent, je crois. La cloche sonne, je crois. J'aime bien croire. Je crois ain­si que je croîs.

C'est la messe en si. Si la tour de Pise était droite. Si les paris sportifs étaient en bouteille. Si maman scie.

Je dors tou­jours sur le dos. C'est une manière de pro­téger mes arrières… pen­sées.

Tu sais, j'aime bien ton hon­nêteté. Même si je ne t'y oblige pas. Mais j'aime bien.

Tu dois être ren­trée main­tenant. Ou pas pas pas pas pas pas pas. Ou pas pas pas.

Un jour, j'irai à New Del­hi avec toi.

On y mangera un Dal makhani.

Paru dans…
inédit (2023)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : inédit | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © gaetansortet-art.be.

LECLERCQ, Pascal (né en 1975) : "J'ai mis l'été sur la banquette arrière…" (2018)

     J'ai mis l'été sur la ban­quette arrière, avec un saucis­son, une bouteille à peine entamée de whisky, un demi bac de bière, puis j'ai lancé l'auto sur la route des Ardennes, jusqu'au vil­lage où je l'ai ren­con­trée quelques années plus tôt – elle por­tait l'habit tra­di­tion­nel, jupe longue, busti­er de gitane, un voile de tulle anthracite cachait son vis­age à hau­teur des lèvres.
Au bout de trois canettes, je me suis couché ten­drement sous elle, la fer­me­ture éclair de sa robe imprimée ouverte à mes caress­es ; au bout de six, elle avait dis­paru, me lais­sant seul avec les charmes et les ormes du pré du père Gal­lé. J'ai bu encore, des coups de gnôle entre­coupés de chopes.
Au réveil, mon crâne avait la dureté d'une cage et mon cerveau bat­tait sur ses bar­reaux, furieux d'avoir été piégé. Je me suis sou­venu de ses doigts qui pas­saient pour des pétales et guéris­saient, rien qu'en les effleu­rant, mes joues. Puis le vent s'est mis à souf­fler.

Paru dans…
recueil Analyse de la men­ace (2018)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : recueil Analyse de la men­ace (2018) | con­tribu­teur : Karel Logist | crédits illus­tra­tions : © DR.

NOUGÉ, Paul (1895–1967) : "Ne vous lamentez plus…" (1925)

NOUGÉ, Paul (1895–1967) : "Vos oreilles vous écoutent…" (1925)

HENRARD, Agnès (né en 1959) : "Si tu me troues les ailes…" (1992)

Si tu me troues les ailes, je garderai ouverts tous
mes yeux indompt­a­bles, ceux qui fouil­lent les
déserts, nar­guent les marécages, rassem­blent les
forêts en-dessous des riv­ières. Si tu me fends les
ailes, je ferai danser l'ange plié sous mes paupières.

Paru dans…
recueil veiller sous les riv­ières (2002)

En savoir plus dans wal­loni­ca…

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : recueil veiller sous les riv­ières (2002) | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © DR.

ROSI, Rossano (né en 1962) : "L'algue mordue" (1991)

Il n'y a rien que tu ne devines
en marchant nue et sel sur le sable
lorsqu'autour de ta cheville
s'enroule verte de mer une algue.

Dans la chair fri­able j'enracine
de ton cou une à une les let­tres
minus­cules de ton nom que salive
et bais­er comme une vaguelette

vien­dront léch­er dès que tu auras
tourné l'horizon de ta pupille
vers ce grand clin d’œil au ras
de l'eau forte de la mer qui plie

peu à peu sous le plomb cré­pus­cule :
sec et mat par ma langue le talc
d'écume est sucé, creux petit cul,
descen­due prête à mor­dre cette algue.

Paru dans…
Nou­velle poésie en pays de Liège (antholo­gie, 1998)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : Nou­velle poésie en pays de Liège (Antholo­gie, 1998) | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © lesoir.be.

PURNELLE, Gérald (né en 1961) : "les évidences sont les poids morts…" (1998)

les évi­dences sont les poids morts de nos pas
quand le rêve et le doute ont sapé nos maisons

je célèbre un échec par de fréquents retours
sur la place où tom­ba la façade lassée

bâtir est impos­si­ble et l'exil inter­dit
seul reste un campe­ment le long d'une clô­ture

Paru dans…
Nou­velle poésie en pays de Liège (antholo­gie, 1998)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : Nou­velle poésie en pays de Liège (Antholo­gie, 1998) | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © Marché de la Poésie.

WOUTERS, Liliane (1930–2016) : "À l’enfant que je n’ai pas eu…" (1997)

À l’enfant que je n’ai pas eu
mais que d’un homme je reçus
sep­tante fois sept fois et davan­tage, à l’enfant sage
dont je for­mai le souf­fle et le vis­age
sept fois sep­tante fois, dans un ven­tre pareil
au mien, par des nuits rouges de soleil,
par des jours cristallins d’aurore boréale,
à l’enfant dont je porte en moi les ini­tiales
secrètes, ain­si que ton nom, Yahvé,
enfant conçu, tou­jours inachevé,
qu’on me fait, que je fais, à chaque fois que j’aime,
qui se défait en moi pour don­ner un poème,
à l’enfant qui ne vien­dra pas
clore mes yeux, choisir l’ultime drap,
marcher der­rière mon poids d’os, de cen­dres,
me regarder dans la fos­se descen­dre,
à cet enfant je lègue devant Dieu, devant
les hommes et mon chien, devant le jour vivant
(qui n’est que parce que je suis et qui mour­ra
comme je meurs) je lègue, pour autant que se pour­ra,
pour autant qu’il en fasse usage en lieu et place
de moi, ses père et mère en un seul être pris,
je lègue tous mes biens de chair, d’esprit,
de temps tou­jours comp­té et d’illusoire espace :

le coin de ciel que j’ai scruté en vain,
l’arpent de terre où j’usai mes semelles,
les qua­tre murs entre quoi je me tins,
les six cloi­sons qui leur seront jumelles;
l’argent qui m’est entre les doigts filé
— pour le plaisir que j’eus à le répan­dre —,
le faux savoir qu’on me crut refiler
— pour le bon­heur d’aussitôt dés­ap­pren­dre — ;

les jours passés que je n’ai pas vécus,
les jours vécus près desquels suis passée,
le temps mor­tel à quoi j’ai survécu,
l’heure éter­nelle et pour­tant effacée ;

l’amour jeté dont j’ignorais le prix,
l’amour don­né à qui ne sut le ren­dre,
l’amour offert qu’aussitôt je repris,
l’amour per­du qu’on voit dehors atten­dre.

À l’enfant que je n’ai pas eu,
que pour­tant j’ai, de ma semence
for­mé, dedans ma chair conçu,
dont chaque étreinte par­fait l’existence,
à cet enfant je lègue pour le mieux mais surtout pour
le pire, ce que m’a prêté le jour :

le moi dont à crédit je fais usage
à des taux qui dépassent mes moyens,
dont je n’ai pu choisir ni le vis­age,
ni le sexe (il faut pren­dre ce qui vient) :

un cerveau creux dans une tête pleine,
un corps trop mou sur des os trop puis­sants,
un sang trop vif pour une courte haleine,
un cœur trop doux pour ce furieux sang,

des pieds qui n’ont soulevé que pous­sière,
des bras sur­pris d’avoir étreint le vent,
des genoux pris au piège des prières,
des mains restant vides comme devant;

des yeux fer­més sur un côté des choses,
— cette moitié qui fait à tous défaut —,
des yeux ouverts sous leurs paupières clos­es
et dans le noir voy­ant plus qu’il n’en faut.

À l’enfant que je n’ai pas eu
je lègue enfin, pour qu’il en tienne
bien compte, pour qu’il s’en sou­vi­enne
par con­tu­mace, lorsque sera décousu
l’ourlet de mon pas­sage sur l’étoffe anci­enne :

les quinze choses que jamais je n’ai pu faire :
courber le front devant plus grand que moi,
marcher sur plus petit, mon­tr­er du doigt,
crier avec la foule, ou bien me taire,
recon­naître par­mi les Blancs le Noir,
choisir dix justes, nom­mer un coupable,
trou­ver telle atti­tude con­ven­able,
lire un autre que moi dans les miroirs,
con­juguer l’amour à plusieurs per­son­nes,
résis­ter à la ten­ta­tion, bless­er exprès,
rester dans l’indécis, dire Cam­bronne
au lieu de merde, qui est plus français.

Paru dans…
Tous les chemins con­duisent à la mer (1997)

En savoir plus, dans wallonica.org...

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : recueil Tous les chemins con­duisent à la mer (1997) | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © rtbf.be.

NORAC, Carl (né en 1960) : "Un espoir virulent" (2020)

J’ai attrapé la poésie.
Je crois que j’ai ser­ré la main
à une phrase qui s’éloignait déjà
ou à une incon­nue qui avait une étoile dans la poche.
J’ai dû embrass­er les lèvres d’un hasard
qui ne s’était jamais retourné vers moi.
J’ai attrapé la poésie, cet espoir vir­u­lent.

Voilà un moment que ce clair symp­tôme de jeter
les instants devant soi était devenu une chan­son.
Ne plus être con­finé dans un lan­gage étudié,
s’emparer du mot libre, exis­ter, résis­ter
et pren­dre garde à ceux qui par­lent d’un pays mort
alors que ce pays aujourd’hui nous regarde.

À présent, on m’interroge, c’était écrit :
« Votre langue mater­nelle ? » Le souf­fle.
« Votre per­mis de séjour ? » La parole.
« Vous avez chopé ça où ? » Der­rière votre miroir.
« C’est quoi alors votre des­sein, étranger ? »
Que les mots soient au monde,
même quand le monde se tait.

J’ai attrapé la poésie.
Avec, sous les doigts, une légère fièvre,
je crève d’envie de vous la refiler,
comme ça, du bout des lèvres.

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : site du Poète nation­al belge | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © lesoir.be.

VANRIET, Marie-Jo (née en 1983) : "Quand on n’aime pas les chansons d’amour…" (2020)

quand on n’aime pas les chan­sons d’amour
il ne reste rien pour pleur­er après
rien pour pleur­er après
et puis recom­mencer
sans chan­son d’amour
il ne reste rien pour danser
rien pour danser
les chan­sons d’amour
on se rap­pelle
les mains sur la taille
et les yeux sur la bouche
le ven­tre essouf­flé
le cœur embardé
on se rap­pelle
c’était cette chan­son
cette nuit
ce genou frôle
ce cou par­fumé
les san­glots longs
les mots des vio­lons
mais quand on n’aime pas les chan­sons d’amour
il ne reste rien pour aimer après

Paru dans…
beige fra­cas (2022)

En savoir plus, dans wallonica.org…

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : Marie-Jo Van­ri­et, beige fra­cas, Dan­cot-Pin­chart. ISBN 978–2‑9602796–2‑7 | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © Mai­son de la Francité.

ORBAN, Joseph (1957–2014) : "Ce sont les derniers trains…" (1989)

Ce sont les derniers trains,
ce sont les dernières pluies.
Déjà tout dis­paraît.
Une dernière fois,
je ferme la fenêtre.
La cham­bre n’a plus d’odeur et
j’ai éteint le feu.
Je deviens l’invisible,
le bleu sur fond de ciel.
Rester.
Par­tir.
Ni s’incruster.
Ni fuir.

Paru dans…
L’invisible, le bleu (1989)

En savoir plus, dans wallonica.org...

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : L’invisible, le bleu (1989) | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © Max Carnevale – emulation-liege.be.

FRANCOTTE, Catherine (née en 1954) : "J’ose à peine t’ôter ton habit à rayures…" (2018)

J’ose à peine t’ôter ton habit à rayures
Pois­seux, il te colle à la peau, se fis­sure…
Te touch­er me répugne, tes remu­gles obsé­dants
Recu­lent les plaisirs que tu donnes aux amants.
Mais quand tu t’offres nu à ma bouche bouf­fonne
J’oublie ma répul­sion et d’un coup je t’affonne.

Paru dans…
non pub­lié

En savoir plus, dans wallonica.org...

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : don de l'auteur | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © rtbf.be.

JACQMIN, François (1929–1992) : "D’aucuns…" (1990)

D’aucuns utilisent le traîneau. D’autres,
leurs fac­ultés intel­lectuelles.
Dans les deux cas,
on passe légère­ment sur les choses.
On dérange
quelques finess­es au pas­sage.
Puis,
réti­cente à toute trace durable, la neige se ravise.
Tout n’aura été
qu’une prob­lé­ma­tique de la sur­face.

Paru sur…
Le livre de la neige (1993)

En savoir plus, dans wallonica.org...

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : Le livre de la neige (Espace Nord, rééd. 2016) | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © lesoir.be.

PIER, Camille (né en 1988) : "Scandale" (2022)

Tout ce que je suis c’est un mot
et c’est mon préféré
Scan­dale !

Je suis un scan­dale
un scan­dale vivant
un scan­dale fier comme un paon
un scan­dale en san­dales

Je suis une fête que je suis cen­sé avoir organ­isée
mais qui m’échappe total
et c’est là que ça com­mence à être mar­rant
Quel scan­dale !

Je suis une fête
une soirée secrète
un événe­ment fétiche sur une péniche
Je suis le fes­ti­val des car­navals sans autori­sa­tion de la poliche
Je suis un club où toutes les peaux finis­sent tou­jours à poil

Dans les dark rooms de mon cœur
j’allume et j’éteins la lumière quand je veux
et j’ai même une petite télé­com­mande pour tamiser l’intensité
avec effets feux de chem­inée
effets néons rouges de vieux peep-show
effets phares de camions

Je suis un scan­dale
et je marche la tête haute
C’est pas une auréole que j’ai là-haut non
c’est pas une couronne même
c’est un trône !
Je marche la tête haute
et je peux aller m’asseoir en haut de ma tête
pour voir le monde d’encore plus haut

J’ai des ver­tiges de plaisir
qui ne sont jamais jamais des descentes
Ma vie n’a rien d’une vie décente
je suis un scan­dale

Tout ce que je suis c’est tout ce que tu hais
Tout ce que je réus­sis
c’est tout ce que tu essayais

Quand je me sou­viens jusqu’à quel point
l’ennui des autres a réus­si à me faire me détester
Telle­ment j’ai voulu être aimé alors
telle­ment j’ai voulu être nor­mal
et telle­ment je me suis détesté
d’être ce mar­queur qui dépasse les lignes de colo­riage
parce que y avait pas de gommes pour les mar­queurs

Je me détes­tais de ne pas être aimé
par cette frise régulière de gens qui s’emmerdent dans la vie
je tami­sais mon inten­sité avec cette petite télé­com­mande
pour pas trop être vis­i­ble
pour pas trop déranger
pour pas trop me met­tre en dan­ger
en dan­ger de ces per­son­nes
qui pensent que n’être per­son­ne
c’est ça la décence

Tout ce que je suis c’est tout ce que tu hais
Tout ce que je réus­sis
c’est tout ce que tu essayais

Si j’avais été con­sid­éré comme nor­mal
j’aurais gag­né un temps de dingue
à ne pas devoir guérir tous les jours de cette guerre
qu’on a déclarée dans ma tête
comme un incendie
Dans ma tête
il y a une fête où j’ai pas le con­trôle
à tout moment elle peut gliss­er vers la guerre civile
et moi de mon trône

Scan­dale !

J’ai pas choisi l’étiquette
qu’on m’a col­lée autour du cou

Scan­dale !

Tout ce que je suis
c’est tout ce que j’ai fait
et tout ce que j’ai réus­si
c’est tout ce que j’ai

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : recueil Scan­dale (2022)  | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : en-tête, Camille Pier en Pierre Roco­co © Samir Sam’Touch & Anne-Flo­re Mary ; © dikave-stu­dio.

VIENNE, Philippe (né en 1961) : "Élégie" (2021)

Sou­vent je mar­chais immo­bile au bord de tes yeux
Retenu par tes cils, par­fois heureux

Cares­sant dans un épais silence
Les blessures amères des amants
Les con­tours de ton absence
L’ombre pour­pre des bais­ers

J’espérais encore quelque soir
Être le pein­tre de ma vie
Les ailes bleuies d’espoir
Vol­er comme l’on danse

Sou­vent je mar­chais immo­bile au bord de tes yeux
Retenu par tes cils, par­fois heureux

Le temps s’écoulait comme une larme
Et je rêvais d’être mort

Paru sur…
non pub­lié (2021)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : orig­i­nal de l'auteur (non-pub­lié)  | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : en-tête, Zao Wou-Ki, 14.03.92 © Den­nis Bouchard / Zao Wou-Ki.

GRIMALDI, Laura (née en 1958) : "Nudité" (2023)

Ta nudité me comble

Elle est cos­mos,
vigne et olivi­er,

les let­tres de mon alpha­bet
pour­ront-elles don­ner nais­sance
à tant de beauté ?

Peut-être fau­dra-t-il mélanger
les let­tres graciles,
ron­des et élancées,
de plusieurs alpha­bets
pour mieux t’honorer

Elle est har­monie
comme le début du monde
Elle est har­monie
comme le chant des oiseaux
Elle est let­tre au monde,
poésie du sacré

Paru sur…
Terre d’Âmes (2023)

En savoir plus, sur wallonica.org

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : tra­duc­tion, édi­tion et icono­gra­phie | source : Terre d'Âmes (2023) | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : Auber­jonois R., Grand nu couché © Musée can­ton­al des Beaux-Arts de Lau­sanne.