BECKETT, Samuel (1906–1989) : "Que ferais-je" (1978)

que ferais-je sans ce monde sans vis­age
sans ques­tions
où être ne dure qu'un instant où chaque instant
verse dans le vide dans l'oubli d'avoir été
sans cette onde où à la fin
corps et ombre ensem­ble s'engloutissent
que ferais-je sans ce silence gouf­fre des mur­mures
hale­tant furieux vers le sec­ours vers l'amour
sans ce ciel qui s'élève
sur la pous­sière de ses lests
que ferais-je je ferais comme hier comme aujourd'hui
regar­dant par mon hublot si je ne suis pas seul
à errer et à vir­er loin de toute vie
dans un espace pan­tin
sans voix par­mi les voix
enfer­mées avec moi

Extrait de…
Poèmes, suivi de mir­li­ton­nades (1978)

Et dans wallonica.org…

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : recueil Poèmes, suivi de mir­li­ton­nades (1978) | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © ozkok-sipa.

GOFFETTE, Guy (1947–2024) : "Dimanche de poissons" (1995)

   

Et puis un jour vient encore, un autre jour,
allonger la corde des jours per­dus
à reculer sans cesse devant la mon­tagne
des livres, des let­tres ; un jour
pro­pre et net, ouvert comme un lit, un quai
à l'heure des adieux – et le mou­choir qu'on tire
est le même qu'hier, où les larmes ont séché
- un lit de pier­res, et c'est là où nous sommes,
occupés à nous taire longue­ment,
à con­tem­pler par cœur la mer au pla­fond
comme les pois­sons rouges du bocal,
avec une fois de plus, une fois encore
tout un dimanche autour du cou.

Paru dans…
recueil Le pêcheur d'eau (Gal­li­mard, 1995)

Et dans wal­loni­ca…

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : recueil Le pêcheur d'eau (1995) | con­tribu­teur : Karel Logist | crédits illus­tra­tions : © Philippe MATSAS/Opale/Leemage.

OLIVER, Mary (1935–2019) : "Aujourd'hui, je vole bas…" (2012, trad. Patrick Thonart, 2024)

Aujourd'hui, je vole bas et
je ne dis pas un mot.
Je laisse dormir tous les fétich­es de l'ambition.

Le monde tourne comme il se doit,
les abeilles du jardin bour­don­nent légère­ment,
les pois­sons saut­ent hors de l'eau, les moucherons se font manger.
Et ain­si de suite.

Mais aujourd'hui, je lève le pied.
Pais­i­ble comme une plume.
Je bouge à peine mais je par­cours
des dis­tances incroy­ables.

Le calme. Une des portes
d'entrée du tem­ple.

Today I’m fly­ing low and I’m
not say­ing a word
I’m let­ting all the voodoos of ambi­tion sleep.

The world goes on as it must,
the bees in the gar­den rum­bling a lit­tle,
the fish leap­ing, the gnats get­ting eat­en.
And so forth.

But I’m tak­ing the day off.
Qui­et as a feath­er.
I hard­ly move though real­ly I’m trav­el­ing
a ter­rif­ic dis­tance.

Still­ness. One of the doors
into the tem­ple.

Paru dans…
A Thou­sand Morn­ings (2012)

Affich­er le recueil dans la poet­i­ca…
Une Ourse dans le jardin (2023)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : tra­duc­tion, édi­tion et icono­gra­phie | source : A thou­sand Morn­ings (2012) | tra­duc­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : Angkor Vat (Cam­bodge) © Vecteezy.

OLIVER, Mary (1935–2019) : "Le jardinier" (2012, trad. Patrick Thonart, 2024)

Ai-je vécu assez ?
Ai-je aimé assez ?
Ai-je assez pen­sé aux Bonnes Actions et ai-je pu en tir­er une quel­conque con­clu­sion ?
Ai-je con­nu le bon­heur avec suff­isam­ment de grat­i­tude ?
Ai-je enduré la soli­tude avec dig­nité ?

Je dis tout ça mais peut-être ne fais-je que le penser.
En réal­ité, je pense prob­a­ble­ment trop.

Alors, je sors dans le jardin,
où le jar­dinier, dont on dit qu'il est un homme sim­ple,
s'occupe de ses enfants, les ros­es.

The Gardener

Have I lived enough?
Have I loved enough?
Have I con­sid­ered Right Action enough, have I come to any con­clu­sions?
Have I expe­ri­enced hap­pi­ness with suf­fi­cient grat­i­tude?
Have I endured lone­li­ness with grace?

I say this, or per­haps I’m just think­ing it.
Actu­al­ly, I prob­a­bly think too much.

Then I step out into the gar­den,
where the gar­den­er, who is said to be a sim­ple man,
is tend­ing his chil­dren, the ros­es.

Paru dans…
A Thou­sand Morn­ings (2012)

Affich­er le recueil dans la poet­i­ca…
Une Ourse dans le jardin (2023)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : tra­duc­tion, édi­tion et icono­gra­phie | source : A thou­sand Morn­ings (2012) | tra­duc­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : CLAUS E., Le vieux jar­dinier (vers 1886) © La Bover­ie, Liège.

FRANÇOIS, Rose-Marie (née en 1939) : "Sur le passage de Leiah" (1997)

   Jolis tis­sus lignés brû­lent la main qui les palpe, usurpatrice hon­teuse de l’innommable. Toi, tu portes rayures trans­vers­es, le fil de l’écriture.
   Il y avait place sur la planète, tu mon­tais l’escalier tour­nant, boule de feu, jar­retières éclos­es, sirène fendue à l’écart des becs de la plume ; épanouie ou absorbée, pleine ou gracile, la boucle cal­ligraphe.
   Pour châ­ti­ment la dis­tance, par­fois dis­soute en rêve quand le matin veut bien atten­dre le jardin. Alors, tu vas, lichen algues aux tem­pes, touffes de nuit sur les paroles, les for­mules tal­is­man­es. Deux garçons mon­tent la garde, filet sur l’épaule, ils comptent les stèles, font tomber les galets, nour­ris­sent les ser­pents des vires.

Paru dans…
recueil Répéter sa mort (1997)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : recueil Répéter sa mort (1997) | con­tribu­teur : Karel Logist | crédits illus­tra­tions : © Jean Poucet.

COCTEAU, Jean (1889–1963) : "L'âge ingrat" (1927)

Il revient à ma mémoire
Que l'enfance aux yeux trompeurs
Se cachait dans les armoires
Pour faire mourir de peur.

Ou bien que, der­rière un globe
Ter­restre, te sou­viens-tu
Elle tirait par la robe
Nos sœurs changées en stat­ues.

Tout se pas­sait sur des espèces d'acatènes
Savoir : des bicy­clettes bleu de ciel sans chaîne ;
On se lais­sait couler le long d'un mur
De l'âge ingrat dans l'âge mûr.

Que fîmes-nous couchés der­rière les gro­seilles ?
A vrai dire surtout des rires moqueurs.
Nos bouch­es fleuris­saient des filles les oreilles,
Près des grenouilles, mortes la main sur le cœur.

Extrait de…
Opéra (1927)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : recueil Opéra (1927) | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : en-tête, dessin de Jean Cocteau © Livre de poche.

NOAILLES, Anna de – (1876–1933) : "Parfois, quand j’aperçois mon flamboyant visage" (1924)

Par­fois, quand j’aperçois mon flam­boy­ant vis­age,
Lorsqu’il vient d’échapper à ta bouche et tes doigts,
Je ne recon­nais pas cette exul­tante image,
Et je con­tem­ple avec un déférent effroi

Cette beauté que je te dois !

Comme de bleus raisins mes noirs cheveux oscil­lent,
Ma joue est écar­late et mon œil qui jubile
mêle à sa calme joie un tri­om­phant main­tien ;
Je n’ai vu ce regard floris­sant et païen

Que chez les chèvres de Sicile !

Moment fier et sacré où, sevré de désir,
Mon cœur médi­tatif dans l’espace con­tem­ple
La seule vérité, dont nous sommes le tem­ple ;
Car que peut-il rester dans le monde à saisir
Pour ceux qui, pos­sé­dant leur univers ensem­ble,

Ont mis l’honneur dans le plaisir ?

Extrait de…
Poème de l'amour (1924)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : recueil Poème de l'amour (1924) | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © bythe­lake.

ARAGON, Louis (1897–1982) : "Que la vie en vaut la peine" (1954)

C’est une chose étrange à la fin que le monde
Un jour je m’en irai sans en avoir tout dit
Ces moments de bon­heur ces midi d’incendie
La nuit immense et noire aux déchirures blondes

Rien n’est si pré­cieux peut-être qu’on le croit
D’autres vien­nent
Ils ont le cœur que j’ai moi-même
Ils savent touch­er l’herbe et dire je vous aime
Et rêver dans le soir où s’éteignent des voix

D’autres qui refer­ont comme moi le voy­age
D’autres qui souriront d’un enfant ren­con­tré
Qui se retourneront pour leur nom mur­muré
D’autres qui lèveront les yeux vers les nuages

Il y aura tou­jours un cou­ple frémis­sant
Pour qui ce matin-là sera l’aube pre­mière
Il y aura tou­jours l’eau le vent la lumière
Rien ne passe après tout si ce n’est le pas­sant

C’est une chose au fond que je ne puis com­pren­dre
Cette peur de mourir que les gens ont en eux
Comme si ce n’était pas assez mer­veilleux
Que le ciel un moment nous ait paru si ten­dre

Oui je sais cela peut sem­bler court un moment
Nous sommes ain­si faits que la joie et la peine
Fuient comme un vin menteur de la coupe trop pleine
Et la mer à nos soifs n’est qu’un com­mence­ment

Mais pour­tant mal­gré tout mal­gré les temps farouch­es
Le sac lourd à l’échiné et le cœur dévasté
Cet impos­si­ble choix d’être et d’avoir été
Et la douleur qui laisse une ride à la bouche

Mal­gré la guerre et l’injustice et l’insomnie
Où l’on porte rongeant votre cœur ce renard
L’amertume et
Dieu sait si je l’ai pour ma part
Porté comme un enfant volé toute ma vie

Mal­gré la méchanceté des gens et les rires
Quand on trébuche et les mon­strueuses raisons
Qu’on vous oppose pour vous faire une prison
De ce qu’on aime et de ce qu’on croit un mar­tyre

Mal­gré les jours mau­dits qui sont des puits sans fond
Mal­gré ces nuits sans fin à regarder la haine
Mal­gré les enne­mis les com­pagnons de chaînes
Mon Dieu mon
Dieu qui ne savent pas ce qu’ils font

Mal­gré l’âge et lorsque soudain le cœur vous flanche
L’entourage prêt à tout croire à don­ner tort
Indif­fèrent à cette chose qui vous mord
Sim­ple his­toire de pren­dre sur vous sa revanche

La cru­auté générale et les saloperies
Qu’on vous jette on ne sait trop qui faisant école
Mal­gré ce qu’on a pen­sé souf­fert les idées folles
Sans pou­voir soulager d’une injure ou d’un cri

Cet enfer
Mal­gré tout cauchemars et blessures
Les sépa­ra­tions les deuils les cam­ou­flets
Et tout ce qu’on voulait pour­tant ce qu’on voulait
De toute sa croy­ance imbé­cile à l’azur

Mal­gré tout je vous dis que cette vie fut telle
Qu’à qui voudra m’entendre à qui je par­le ici
N’ayant plus sur la lèvre un seul mot que mer­ci
Je dirai mal­gré tout que cette vie fut belle

Extrait de…
Les yeux et la mémoire (1954)

Et dans wallonica.org…

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : recueil Les yeux et la mémoire (1954)  | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © pho­to kipa.

ISTA, Georges (1874–1939) : "Li boukète èmacralèye" (1917)

C'esteut l'nut dè Noyé. Li Mame féve des boukètes.
Et tos les p'tits effants, ras­son­nés dilé l'feu,
Rin qu'à houmer l'odeûr qui mon­téve del pêlette,
Si sin­tient l'èwe al boque et s'ralètchient les deugts.

Qwand on costé del pâsse esteut djusse à l'idèye,
Li mame prindéve li pêle, elle hoyéve on p'tit cop,
Et puis houp ! li boukète è l'air féve ène dimèye
Et d'vins l'mitan del pêle ritouméve cou-z‑â haut.

— " Lèyiz'-m'on po sayi ! brèya li p'tite Mard­jène
Dji wadge dè l'ritourner d'adreut dè pru­mi cop !
Vos-alez vèye, Nosse Mame ! " Et volà nosse glawène
Qui prind l'pêle à deux mains, qui s'abahe on p'tit po,

Et rouf ! di totes sès fwèces elle èvole li boukète…
Elle l'èvola si bin qu'elle n'a mây ritoumé !
On qwèra tos costés, so l'armâ, podri l'pwette ;
On n'ritrova mây rin ! Ouisse aveut-elle passé ?

Tot l'monde se'l dumindéve, èt les c'méres dè vinâve
Si racon­tient tot bas, al nut, âtou dè feu,
Qui c'esteut seûr li Diâle qu'esteut catchi d'zos l'tâve
Et qui l'aveut mag­ni sins fé ni ène ni deux…

L'hiviér pas­sa. L'osté ram­i­na les verdeûres
Et les fiess­es di pârotche âs djoyeux crâmignons.
Tot l'monde aveut dèd­ja rou­vi ciste avin­teûre
Qwand li mére d'a Mard­jène fa r'blanqui ses pla­fonds.

Volà don l'bwègne Colas, blan­qui­heux sins parèye,
Qu'arive avou ses breuss­es, ses hâles et ses sèyês.
I c'minça dè bod­ji les p'titès bardah'rèyes
Qu'estient avâ l'manèdge ; i wès­ta les tâvlês

Qui pin­di­ent so les meûrs ; puis, mon­tant so s'halette,
I d'pinda l'grand mureu qui hâg­nive so l'djîvâ…
Et c'est podri l'mureu qu'on r'trova nosse boukète
Qu'esteut là d'poy six meus, co pus deûre qu'on vi clâ,

Neûre come on cou d'tchapê, reûde èco pé qu'ine bèye,
Frèsèye come ène vèye catche et, âdzeu d'tot çoulà,
Tote cov­iète di strons d'mohes, et tel'mint tchamossèye
Qu'elle aveut des poyèdges co pé qu'ène ango­ra !

LA BOUQUETTE ENSORCELÉE

C'était la nuit de Noël, la mère fai­sait des bou­quettes.
Et tous les petits enfants rassem­blés devant le feu,
Rien qu'à humer l'odeur qui mon­tait de la poêle
Sen­taient l'eau leur mon­ter à la bouche et se reléchaient les doigts.

Quand un côté de la pâte était juste à point,
La mère pre­nait la poêle et la sec­ouait un petit peu.
Et puis hop, la bou­quette en l'air fit une pirou­ette
Et au milieu de la poêle se retrou­vait cul vers le haut.

"Lais­sez-moi un peu essay­er, brail­la la petite Marie Jeanne,
Je parie que je vais la retourn­er du pre­mier coup.
Vous allez voir mère". Et voilà notre gamine
Qui prend la poêle à deux mains, qui s'abaisse un petit peu.

Et rouf ! De toutes ses forces elle env­ole la bou­quette.
Elle l'envola si bien qu'elle n'est jamais retombée.
On cher­cha tout côtés, sous l'armoire, au-dessus de la porte.
On ne retrou­va jamais rien. Où était-elle passée ?

Tout le monde se le deman­da et les com­mères du quarti­er
Se racon­taient tout bas, la nuit, autour du feu
Que c'était sure­ment le dia­ble qui s'était caché sous la table
Et qui l'avait mangé sans faire ni une ni deux…

L'hiver pas­sa, l'été rame­na les ver­dures
Et les fêtes de la paroisse et les joyeux cramignons.
Tout le monde avait déjà oublié cette aven­ture
Quand la mère de Marie Jeanne fit reblanchir ses pla­fonds.

Voilà donc le borgne Colas, badi­geon­neur sans pareil
Qui arrive avec ses bross­es, ses échelles et ses seaux.
Il com­mença par enlever les petits objets encom­brants
Qu'il y avait dans la mai­son. Il ôta les tableaux

Qui pendaient sur les murs puis, mon­tant sur l'escabeau,
Il décrocha le grand miroir qui s’étalait sur la chem­inée
Et c'est der­rière le miroir qu'on retrou­va notre bou­quette
Qui était là depuis six mois, encore plus dure qu'un vieux clou,

Noire comme un cul de cha­peau, encore plus raide qu'une quille,
Grêlée comme une vieille poire, et en plus de tout cela,
Toute cou­verte de cacas de mouch­es et telle­ment moisie,
Qu'elle avait des poils encore pire qu'un ango­ra.

Paru dans…
domaine pub­lic

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | tra­duc­tion : domaine pub­lic | crédits illus­tra­tions : domaine pub­lic.

LANGSTON HUGUES, James Mercer (1901–1967) : "Je l'aimais…" (1926, trad. P. Thonart)

Je l'aimais.
Il m'a quit­té.
Il n'y a rien d'autre à dire.
Le poème se ter­mine,
Douce­ment,
Comme il a com­mencé, -
Je l'aimais.

(à F.S.)

(To F. S.)

I loved my friend.
He went away from me.
There’s noth­ing more to say.
The poem ends,
Soft as it began,—
I loved my friend.

Paru dans…
The Weary Blues (1926)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : tra­duc­tion, édi­tion et icono­gra­phie | source : The Weary Blues (1926) | tra­duc­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © get­ty images.

NOUGÉ, Paul (1895–1967) : "Ne vous lamentez plus…" (1925)

NOUGÉ, Paul (1895–1967) : "Vos oreilles vous écoutent…" (1925)

OLIVER, Mary (1935–2019) : "J'étais très inquiète…" (2017, trad. Patrick Thonart, 2023)

J'étais très inquiète. Le jardin va-t-il repren­dre, les riv­ières
vont-elles couler dans la bonne direc­tion, la terre va-t-elle tourn­er
comme on lui a appris et, sinon, com­ment vais-je
cor­riger tout ça ?
Avais-je rai­son, me trompais-je, serais-je par­don­née,
puis-je faire mieux ?
Pour­rais-je un jour chanter, même les moineaux
savent chanter et moi, je suis plutôt
un cas dés­espéré.
Est-ce que ma vue baisse ou est-ce moi qui l'imagine,
vais-je souf­frir de rhu­ma­tismes,
attrap­er le tétanos, devenir démente ?
Finale­ment, j'ai vu que s'inquiéter ne menait nulle part.
Et j'ai lais­sé tomber. Et j'ai pris mon vieux corps
et je suis sor­tie dans le matin nou­veau,
et j'ai chan­té.

I worried

I wor­ried a lot. Will the gar­den grow, will the rivers
flow in the right direc­tion, will the earth turn
as it was taught, and if not how shall
I cor­rect it?
Was I right, was I wrong, will I be for­giv­en,
can I do bet­ter?
Will I ever be able to sing, even the spar­rows
can do it and I am, well,
hope­less.
Is my eye­sight fad­ing or am I just imag­in­ing it,
am I going to get rheuma­tism,
lock­jaw, demen­tia?
Final­ly, I saw that wor­ry­ing had come to noth­ing.
And gave it up. And took my old body
and went out into the morn­ing,
and sang.

Paru dans…
Devo­tions: The Select­ed Poems of Mary Oliv­er (2017)

Affich­er le recueil dans la poet­i­ca…
Une Ourse dans le jardin (2023)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : tra­duc­tion, édi­tion et icono­gra­phie | source : Devo­tions: The Select­ed Poems of Mary Oliv­er (2017) | tra­duc­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : une sculp­ture de Béné­dicte Wesel © Benoît Naveau.

ARAGON, Louis (1897–1982) : "Les mains d'Elsa" (1963)

Donne moi tes mains pour l’inquiétude
Donne moi tes mains dont j’ai tant rêvé
Dont j’ai tant rêvé dans ma soli­tude
Donne moi tes mains que je sois sauvé
Lorsque je les prends à mon pro­pre piège
De paume et de peur de hâte et d’émoi
Lorsque je les prends comme une eau de neige
Qui fond de partout dans mes mains à moi
Sauras tu jamais ce qui me tra­verse
Ce qui me boule­verse et qui m’envahit
Sauras tu jamais ce qui me transperce
Ce que j’ai trahi quand j’ai tres­sail­li
Ce que dit ain­si ce pro­fond lan­gage
Ce par­ler muet de sens ani­maux
Sans bouche et sans yeux miroir sans image
Ce frémir d’aimer qui n’a pas de mots
Sauras tu jamais ce que les doigts pensent
D’une proie entre eux un instant tenue
Sauras tu jamais ce que leur silence
Un éclair aura con­nu d’inconnu
Donne moi tes mains que mon coeur s’y forme
S’y taise le monde un moment
Donne moi tes mains que mon âme y dorme
Que mon âme y dorme éter­nelle­ment

Extrait de…
Le fou d’Elsa (1963)

Et dans wallonica.org…

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : recueil Le fou d’Elsa (1963)  | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : Elsa et Louis © radiofrance.fr/franceculture.

FERRE, Léo (1916–1993) : "La Mémoire et la mer" (1970)

La marée, je l’ai dans le cœur
Qui me remonte comme un signe
Je meurs de ma petite sœur,
De mon enfance et de mon cygne
Un bateau, ça dépend com­ment
On l’arrime au port de justesse
Il pleure de mon fir­ma­ment
Des années lumières et j’en laisse
Je suis le fan­tôme de Jer­sey
Celui qui vient les soirs de frime
Te lancer la brume en bais­er
Et te ramass­er dans ses rimes
Comme le tré­mail de juil­let
Où lui­sait le loup soli­taire
Celui que je voy­ais briller
Aux doigts de sable de la terre

Rap­pelle-toi ce chien de mer
Que nous libéri­ons sur parole
Et qui gueule dans le désert
Des goé­mons de nécro­p­ole
Je suis sûr que la vie est là
Avec ses poumons de flanelle
Quand il pleure de ces temps là
Le froid tout gris qui nous appelle
Je me sou­viens des soirs là-bas
Et des sprints gag­nés sur l’écume
Cette bave des chevaux ras
Au raz des rocs qui se con­sument
Ô l’ange des plaisirs per­dus
Ô rumeurs d’une autre habi­tude
Mes désirs dès lors ne sont plus
Qu’un cha­grin de ma soli­tude

Et le dia­ble des soirs con­quis
Avec ses pâleurs de rescousse
Et le squale des par­adis
Dans le milieu mouil­lé de mousse
Reviens fille verte des fjords
Reviens vio­lon des vio­lon­ades
Dans le port fan­far­ent les cors
Pour le retour des cama­rades
Ô par­fum rare des salants
Dans le poivre feu des gerçures
Quand j’allais, géométrisant,
Mon âme au creux de ta blessure
Dans le désor­dre de ton cul
Pois­sé dans des draps d’aube fine
Je voy­ais un vit­rail de plus,
Et toi fille verte, mon spleen

Les coquil­lages fig­u­rant
Sous les sun­lights cassés liq­uides
Jouent de la castag­nette tant
Qu’on dirait l’Espagne livide
Dieux de gran­its, ayez pitié
De leur voca­tion de parure
Quand le couteau vient s’immiscer
Dans leur castag­nette fig­ure
Et je voy­ais ce qu’on pressent
Quand on pressent l’entrevoyure
Entre les per­si­ennes du sang
Et que les glob­ules fig­urent
Une math­é­ma­tique bleue,
Sur cette mer jamais étale
D’où me remonte peu à peu
Cette mémoire des étoiles

Cette rumeur qui vient de là
Sous l’arc copain où je m’aveugle
Ces mains qui me font du fla-fla
Ces mains rumi­nantes qui meu­g­lent
Cette rumeur me suit longtemps
Comme un men­di­ant sous l’anathème
Comme l’ombre qui perd son temps
À dessin­er mon théorème
Et sous mon maquil­lage roux
S’en vient bat­tre comme une porte
Cette rumeur qui va debout
Dans la rue, aux musiques mortes
C’est fini, la mer, c’est fini
Sur la plage, le sable bêle
Comme des mou­tons d’infini…
Quand la mer bergère m’appelle…

Extrait de…
l'album Amour, Anar­chie (Bar­clay, 1970) ; texte et musique de Léo FERRE, arrange­ments de Jean-Michel DEFAYE

Et dans wallonica.org…

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : album Amour, Anar­chie (Bar­clay, 1970)  | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : Léo Fer­ré © Chris­t­ian RAUSCH / GAMMA-RAPHO.

GALLIENNE, Alicia (1970–1990) : "Encore davantage" (1987)

À  mon père
Le jour de la belle étoile,
Et la nuit du grand soleil,
Dans le désert des paroles à peine pronon­cées,
Les yeux qui tra­versent le som­meil
Ont leur générosité.
Mais, les tiens sont encore plus purs
Que des jours ou des nuits.
Tes yeux ouverts,
Je les aime plus et davan­tage
Qu’il n’y paraî­tra jamais…
Ils savent soulager sans dire,
Et dire sans se refer­mer.
Dans le secret des étoiles et les nuits pleines de lunes,
Dans le récon­fort de la sagesse et les lunes habitées,
Il n’est pas pour moi de meilleurs refuges
Que tes yeux où tou­jours je me retrou­ve,
Sans jamais rien avoir à deman­der.

Et, quand tout a été don­né,
J’aime dans tes yeux
Trou­ver encore davan­tage,
Car tes yeux seuls sont inépuis­ables à m’aimer,
Sous le ciel de l’été,
Ou les jardins de l’orage.

Extrait de…
L’autre moitié du songe m’appartient (1987)

Et dans wallonica.org…

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : recueil L'autre moitié du songe m'appartient (2021)  | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : Ali­cia Gal­li­enne © famille Gal­li­enne / lemonde.fr.

KIPLING, Joseph Rudyard (1865–1936) : "Si" (1910)

SI tu peux voir détru­it l’ouvrage de ta vie
Et, sans dire un seul mot te remet­tre à rebâtir
Ou per­dre d’un seul coup le gain de cent par­ties
Sans un geste et sans un soupir,
Si tu peux être amant sans être fou d’amour
Si tu peux être fort sans cess­er d’être ten­dre
et, te sen­tant haï, sans haïr à ton tour,
Pour­tant lut­ter et te défendre;

Si tu peux sup­port­er d’entendre tes paroles
Trav­es­ties par des gueux pour exciter les sots
Et d’entendre men­tir sur toi leurs bouch­es folles
Sans men­tir toi-même d’un mot,
Si tu peux rester digne en étant pop­u­laire,
Si tu peux rester peu­ple en con­seil­lant les rois
Et si tu peux aimer tous les amis en frères
Sans qu’aucun d’eux soit tout pour toi;

Si tu sais méditer, observ­er et con­naître,
Sans jamais devenir scep­tique ou destruc­teur,
Rêver, sans laiss­er ton rêve être ton maître
Penser, sans n’être qu’un penseur,
Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave et jamais impru­dent,
Si tu peux être bon, si tu sais être sage,
Sans être moral ni pédant;

Si tu peux ren­con­tr­er tri­om­phe après défaite
Et recevoir ces deux menteurs d’un même front,
Si tu peux con­serv­er ton courage et ta tête
Quand tous les autres la per­dront,
Alors, les rois, les dieux, la chance et la vic­toire
Seront à tout jamais tes esclaves soumis
Et, ce qui vaut mieux que les rois et la gloire,
Tu seras un homme, mon fils.

Paru dans…
Rewards and Fairies (1910)
Trad. André MAUROIS

En savoir plus, sur wallonica.org

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © Elliott and Fry Col­lec­tion / Bas­sano Stu­dios.

JACQUES, Lucien (1898–1961) : "Je crois en l’homme, cette ordure…" (1953)

Je crois en l’homme, cette ordure,
je crois en l’homme, ce fumi­er,
ce sable mou­vant, cette eau morte ;

je crois en l’homme, ce tor­du,
cette vessie de van­ité ;
je crois en l’homme, cette pom­made,
ce grelot, cette plume au vent,
ce boute­feu, ce fouille-merde ;
je crois en l’homme, ce lèche-sang.

Mal­gré tout ce qu’il a pu faire
de mor­tel et d’irréparable,
je crois en lui,
pour la sûreté de sa main,
pour son goût de la lib­erté,
pour le jeu de sa fan­taisie,

pour son ver­tige devant l’étoile,
je crois en lui
pour le sel de son ami­tié,
pour l’eau de ses yeux, pour son rire,
pour son élan et ses faib­less­es.

Je crois à tout jamais en lui
pour une main qui s’est ten­due.
Pour un regard qui s’est offert.
Et puis surtout et avant tout
pour le sim­ple accueil d’un berg­er.

Extrait de…
Tombeau d’un berg­er (1953)

Et dans wallonica.org…

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : recueil Tombeau d’un berg­er (1953)  | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © Société des amis de Lucien Jacques.

WOUTERS, Liliane (1930–2016) : "À l’enfant que je n’ai pas eu…" (1997)

À l’enfant que je n’ai pas eu
mais que d’un homme je reçus
sep­tante fois sept fois et davan­tage, à l’enfant sage
dont je for­mai le souf­fle et le vis­age
sept fois sep­tante fois, dans un ven­tre pareil
au mien, par des nuits rouges de soleil,
par des jours cristallins d’aurore boréale,
à l’enfant dont je porte en moi les ini­tiales
secrètes, ain­si que ton nom, Yahvé,
enfant conçu, tou­jours inachevé,
qu’on me fait, que je fais, à chaque fois que j’aime,
qui se défait en moi pour don­ner un poème,
à l’enfant qui ne vien­dra pas
clore mes yeux, choisir l’ultime drap,
marcher der­rière mon poids d’os, de cen­dres,
me regarder dans la fos­se descen­dre,
à cet enfant je lègue devant Dieu, devant
les hommes et mon chien, devant le jour vivant
(qui n’est que parce que je suis et qui mour­ra
comme je meurs) je lègue, pour autant que se pour­ra,
pour autant qu’il en fasse usage en lieu et place
de moi, ses père et mère en un seul être pris,
je lègue tous mes biens de chair, d’esprit,
de temps tou­jours comp­té et d’illusoire espace :

le coin de ciel que j’ai scruté en vain,
l’arpent de terre où j’usai mes semelles,
les qua­tre murs entre quoi je me tins,
les six cloi­sons qui leur seront jumelles;
l’argent qui m’est entre les doigts filé
— pour le plaisir que j’eus à le répan­dre —,
le faux savoir qu’on me crut refiler
— pour le bon­heur d’aussitôt dés­ap­pren­dre — ;

les jours passés que je n’ai pas vécus,
les jours vécus près desquels suis passée,
le temps mor­tel à quoi j’ai survécu,
l’heure éter­nelle et pour­tant effacée ;

l’amour jeté dont j’ignorais le prix,
l’amour don­né à qui ne sut le ren­dre,
l’amour offert qu’aussitôt je repris,
l’amour per­du qu’on voit dehors atten­dre.

À l’enfant que je n’ai pas eu,
que pour­tant j’ai, de ma semence
for­mé, dedans ma chair conçu,
dont chaque étreinte par­fait l’existence,
à cet enfant je lègue pour le mieux mais surtout pour
le pire, ce que m’a prêté le jour :

le moi dont à crédit je fais usage
à des taux qui dépassent mes moyens,
dont je n’ai pu choisir ni le vis­age,
ni le sexe (il faut pren­dre ce qui vient) :

un cerveau creux dans une tête pleine,
un corps trop mou sur des os trop puis­sants,
un sang trop vif pour une courte haleine,
un cœur trop doux pour ce furieux sang,

des pieds qui n’ont soulevé que pous­sière,
des bras sur­pris d’avoir étreint le vent,
des genoux pris au piège des prières,
des mains restant vides comme devant;

des yeux fer­més sur un côté des choses,
— cette moitié qui fait à tous défaut —,
des yeux ouverts sous leurs paupières clos­es
et dans le noir voy­ant plus qu’il n’en faut.

À l’enfant que je n’ai pas eu
je lègue enfin, pour qu’il en tienne
bien compte, pour qu’il s’en sou­vi­enne
par con­tu­mace, lorsque sera décousu
l’ourlet de mon pas­sage sur l’étoffe anci­enne :

les quinze choses que jamais je n’ai pu faire :
courber le front devant plus grand que moi,
marcher sur plus petit, mon­tr­er du doigt,
crier avec la foule, ou bien me taire,
recon­naître par­mi les Blancs le Noir,
choisir dix justes, nom­mer un coupable,
trou­ver telle atti­tude con­ven­able,
lire un autre que moi dans les miroirs,
con­juguer l’amour à plusieurs per­son­nes,
résis­ter à la ten­ta­tion, bless­er exprès,
rester dans l’indécis, dire Cam­bronne
au lieu de merde, qui est plus français.

Paru dans…
Tous les chemins con­duisent à la mer (1997)

En savoir plus, dans wallonica.org...

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : recueil Tous les chemins con­duisent à la mer (1997) | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © rtbf.be.

ORBAN, Joseph (1957–2014) : "Ce sont les derniers trains…" (1989)

Ce sont les derniers trains,
ce sont les dernières pluies.
Déjà tout dis­paraît.
Une dernière fois,
je ferme la fenêtre.
La cham­bre n’a plus d’odeur et
j’ai éteint le feu.
Je deviens l’invisible,
le bleu sur fond de ciel.
Rester.
Par­tir.
Ni s’incruster.
Ni fuir.

Paru dans…
L’invisible, le bleu (1989)

En savoir plus, dans wallonica.org...

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : L’invisible, le bleu (1989) | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © Max Carnevale – emulation-liege.be.

JACQMIN, François (1929–1992) : "D’aucuns…" (1990)

D’aucuns utilisent le traîneau. D’autres,
leurs fac­ultés intel­lectuelles.
Dans les deux cas,
on passe légère­ment sur les choses.
On dérange
quelques finess­es au pas­sage.
Puis,
réti­cente à toute trace durable, la neige se ravise.
Tout n’aura été
qu’une prob­lé­ma­tique de la sur­face.

Paru sur…
Le livre de la neige (1993)

En savoir plus, dans wallonica.org...

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : Le livre de la neige (Espace Nord, rééd. 2016) | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © lesoir.be.