OLIVER, Mary (1935–2019) : "Que dire de plus" (2010, trad. Patrick Thonart, 2024)

Que dire que je n'aie déjà dit aupar­a­vant ?
Alors, je vais le répéter.
La feuille chante un chant.
La pierre est le vis­age de la patience.
Dans la riv­ière coule une his­toire infinie
et tu es quelque part au-dedans
et elle ne s'arrêtera pas avant que tout ne s'arrête.

Ton cœur est affairé, emmène-le au musée et à la
cham­bre de com­merce
mais emmène-le aus­si dans la forêt.
Le chant que tu entendais dans la feuille quand tu
étais enfant,
elle le chante tou­jours.
J'ai déjà vécu tant d'années, sep­tante-qua­tre déjà,
et la feuille chante tou­jours.

What can I say that I have not said before?
So I’ll say it again.
The leaf has a song in it.
Stone is the face of patience.
Inside the riv­er there is an unfin­ish­able sto­ry
and you are some­where in it
and it will nev­er end until all ends.

Take your busy heart to the art muse­um and the
cham­ber of com­merce
but take it also to the for­est.
The song you heard singing in the leaf when you
were a child
is singing still.
I am of years lived, so far, sev­en­ty-four,
and the leaf is singing still.

Paru dans…
Swan: Poems and Prose Poems (2010)

Affich­er le recueil dans la poet­i­ca :
Une Ourse dans le jardin (2023)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : tra­duc­tion, édi­tion et icono­gra­phie | source : Swan: Poems and Prose Poems (2010) | tra­duc­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © Béné­dicte Wesel.

OLIVER, Mary (1935–2019) : "Le poète avec le visage dans les mains" (1992, trad. Patrick Thonart, 2024)

Tu veux pleur­er bruyam­ment sur tes
fautes. Mais – à dire vrai – le monde
n'a plus besoin de ce bruit-là.

Alors, si tu veux quand même le faire, que tu ne peux
t'en empêch­er, si ta belle bouche ne peux
rester fer­mée, au moins, va marcher seul dans

les quar­ante prairies et les quar­ante val­lons som­bres
où coulent les rochers, et l'eau ; va jusqu'à l'endroit où
les chutes explosent de leurs draps blancs

comme des folles, et trou­ve la cav­erne qui se cache der­rière
toute cette jubi­la­tion, toutes ces eaux en folie et tu pour­ras
rester là, par dessous, et hurler tout

ton saoul et rien n'en sera dérangé ; tu pour­ras
dévers­er ta peine pen­dant tout l'après-midi et, pour­tant,
sur une branche verte, l'aile à peine effleurée par

le brouil­lard léger des gout­telettes, la grive musi­ci­enne,
bom­bant sa poitrine tachetée, va chanter
la beauté dure et par­faite de toute chose.

The Poet with His Face in His Hands

You want to cry aloud for your
mis­takes. But to tell the truth the world
doesn’t need any­more of that sound.

So if you’re going to do it and can’t
stop your­self, if your pret­ty mouth can’t
hold it in, at least go by your­self across

the forty fields and the forty dark inclines
of rocks and water to the place where
the falls are fling­ing out their white sheets

like crazy, and there is a cave behind all that
jubi­la­tion and water fun and you can
stand there, under it, and roar all you

want and noth­ing will be dis­turbed; you can
drip with despair all after­noon and still,
on a green branch, its wings just light­ly touched

by the pass­ing foil of the water, the thrush,
puff­ing out its spot­ted breast, will sing
of the per­fect, stone-hard beau­ty of every­thing.

Paru dans…
New and Select­ed Poems, Vol­ume 2  (1992)

Affich­er le recueil dans la poet­i­ca :
Une Ourse dans le jardin (2023) et aus­si…

Mais la femme, la femme ; elle était tout entière tombée en elle-même, en avant, dans ses mains. C’était à l’angle de la rue Notre-Dame-des-Champs. Dès que je la vis, je me mis à marcher douce­ment. quand de pau­vres gens réfléchissent, on ne doit pas les déranger. Peut-être finiront-ils par trou­ver ce qu’ils cherchent.
La rue était vide ; son vide s’ennuyait, reti­rait mon pas de sous mes pieds et claquait avec lui, de l’autre côté de la rue, comme avec un sabot. La femme s’effraya, s’arracha d’elle-même. Trop vite, trop vio­lem­ment, de sorte que son vis­age res­ta dans ses deux mains.
Je pou­vais l’y voir, y voir sa forme creuse. cela me coû­ta un effort inouï de rester à ces mains, de ne pas regarder ce qui s’en était dépouil­lé. je frémis­sais de voir ain­si un vis­age du dedans, mais j’avais encore bien plus peur de la tête nue, écorchée, sans vis­age.

RILKE Rain­er-Maria, Les cahiers de Malte Lau­rids Brigge (1910)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : tra­duc­tion, édi­tion et icono­gra­phie | source : New and Select­ed Poems, Vol­ume 2 (1992) | tra­duc­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © Béné­dicte Wesel.

THONART, Patrick (né en 1961) : "Christiane part, comme par Henri" (2024)

De la fleur blanche
à la rose rouge,
tu as vécu cachée,
comme une pen­sée
au pied du tour­nesol.

De la fleur blanche
à la rose rouge,
tu as chan­té colère,
comme un moineau
face aux cor­beaux.

De la fleur blanche
à la rose rouge,
tu as marché cassée,
comme le jonc brisé
dans trop de tem­pêtes.

De la fleur blanche
à la rose rouge,
tu as aimé goulu,
comme la grenouille
au pied du bœuf.

De la fleur blanche
à la rose rouge,
tu as fêté la nuit,
mal­gré les rats
quand ils débor­daient.

De la fleur blanche
à la rose rouge,
tu as aimé les tiens,
comme le rami­er
les bour­geons petits.

Mais, quand l'horizon
a frap­pé à la porte,
tu as pris con­gé,
comme la fleur blanche
qui se retire…

Paru dans…
non pub­lié (2024), écrit à l'occasion de la dis­pari­tion de Chris­tiane Ste­fan­s­ki, le 6 mai 2024, par­tie le même jour que le paroli­er-con­teur Hen­ri Gougaud.

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : rédac­tion, édi­tion et icono­gra­phie | auteur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © Chris­tiane Ste­fan­s­ki.

GOUGAUD, Henri (1936–2024) : "Le temps de vivre" (1946)

A peine a‑t-on le temps de vivre
qu’on se retrou­ve cen­dre et givre
Adieu
Et pour­tant j’aurais tant à faire
avant que les mains de la terre
me fer­ment à jamais les yeux
Je voudrais faire un jour de gloire
d’une femme et d’une gui­tare
d’un arbre et d’un soleil d’été
Je voudrais faire une aube claire
pour voir jusqu’au bout de la terre
des hommes vivre en lib­erté
Assis entre deux équili­bres
dans ce monde qui se croit libre
et qui bâtit des miradors
je voudrais bien que nul ne meure
avant d’avoir un jour une heure
aimé toutes voiles dehors

A peine a‑t-on le temps de vivre
qu’on se retrou­ve cen­dre et givre
Adieu
Et pour­tant j’aurais tant à faire
avant que les mains de la terre
me fer­ment à jamais les yeux
De mes deux mains couleur d’argile
je voudrais bâtir une ville
blanche jusqu’au-dessus des toits
Elle serait belle comme une
chan­son du temps de la Com­mune
pétrie de bon­heur hors-la-loi
Et puis que le print­emps revi­enne
pour revoir à Paris sur peine
des enfants riant aux éclats
Lor­ca errant dans Barcelone
tan­dis que l’abeille bour­donne
dans la fraîche odeur des lilas

A peine a‑t-on le temps de vivre
qu’on se retrou­ve cen­dre et givre
Adieu
Et pour­tant j’aurais tant à faire
avant que les mains de la terre
me fer­ment à jamais les yeux

Extrait de…
Disque J'ai pas fini mon rêve (com­pi­la­tion, 2023)

Et dans wallonica.org :

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : henrigougaud.com | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : cou­ver­ture du disque de Gougaud © illis­i­ble.

PREVERT, Jacques (1900–1977) : "Alicante" (1946)

Une orange sur la table
Ta robe sur le tapis
Et toi dans mon lit
Doux présent du présent
Fraîcheur de la nuit
Chaleur de ma vie.

Extrait de…
Paroles (1946)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : recueil Paroles (1946) | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : MATISSE Hen­ri, Nature morte à la dormeuse © suc­ces­sion Matisse / Nation­al Gallery of Art de Wash­ing­ton.

BECKETT, Samuel (1906–1989) : "Que ferais-je" (1978)

que ferais-je sans ce monde sans vis­age
sans ques­tions
où être ne dure qu'un instant où chaque instant
verse dans le vide dans l'oubli d'avoir été
sans cette onde où à la fin
corps et ombre ensem­ble s'engloutissent
que ferais-je sans ce silence gouf­fre des mur­mures
hale­tant furieux vers le sec­ours vers l'amour
sans ce ciel qui s'élève
sur la pous­sière de ses lests
que ferais-je je ferais comme hier comme aujourd'hui
regar­dant par mon hublot si je ne suis pas seul
à errer et à vir­er loin de toute vie
dans un espace pan­tin
sans voix par­mi les voix
enfer­mées avec moi

Extrait de…
Poèmes, suivi de mir­li­ton­nades (1978)

Et dans wallonica.org…

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : recueil Poèmes, suivi de mir­li­ton­nades (1978) | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © ozkok-sipa.

NIZET, Marie (1859–1922) : "La bouche" (1923, posth.)

La bouche

Ni sa pen­sée, en vol vers moi par tant de lieues,
Ni le ray­on qui court sur son front de lumière,
Ni sa beauté de jeune dieu qui la pre­mière
Me ten­ta, ni ses yeux – ces deux caress­es bleues ;

Ni son cou ni ses bras, ni rien de ce qu'on touche,
Ni rien de ce qu'on voit de lui ne vaut sa bouche
Où l'on meurt de plaisir et qui s'acharne à mor­dre,

Sa bouche de fraîcheur, de délices, de flamme,
Fleur de volup­té, de lux­u­re et de désor­dre,
Qui vous vide le coeur et vous boit jusqu'à l'âme…

Paru dans…
recueil Pour Axel de Mis­sié (1923)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : recueil Pour Axel de Missie (2000) | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : CORREGGIO Anto­nio (1490–1534), Por­trait d'un jeune homme © arthive.com.

OLIVER, Mary (1935–2019) : "Aujourd'hui, je vole bas…" (2012, trad. Patrick Thonart, 2024)

Aujourd'hui, je vole bas et
je ne dis pas un mot.
Je laisse dormir tous les fétich­es de l'ambition.

Le monde tourne comme il se doit,
les abeilles du jardin bour­don­nent légère­ment,
les pois­sons saut­ent hors de l'eau, les moucherons se font manger.
Et ain­si de suite.

Mais aujourd'hui, je lève le pied.
Pais­i­ble comme une plume.
Je bouge à peine mais je par­cours
des dis­tances incroy­ables.

Le calme. Une des portes
d'entrée du tem­ple.

Today I’m fly­ing low and I’m
not say­ing a word
I’m let­ting all the voodoos of ambi­tion sleep.

The world goes on as it must,
the bees in the gar­den rum­bling a lit­tle,
the fish leap­ing, the gnats get­ting eat­en.
And so forth.

But I’m tak­ing the day off.
Qui­et as a feath­er.
I hard­ly move though real­ly I’m trav­el­ing
a ter­rif­ic dis­tance.

Still­ness. One of the doors
into the tem­ple.

Paru dans…
A Thou­sand Morn­ings (2012)

Affich­er le recueil dans la poet­i­ca…
Une Ourse dans le jardin (2023)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : tra­duc­tion, édi­tion et icono­gra­phie | source : A thou­sand Morn­ings (2012) | tra­duc­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : Angkor Vat (Cam­bodge) © Vecteezy.

OLIVER, Mary (1935–2019) : "Le jardinier" (2012, trad. Patrick Thonart, 2024)

Ai-je vécu assez ?
Ai-je aimé assez ?
Ai-je assez pen­sé aux Bonnes Actions et ai-je pu en tir­er une quel­conque con­clu­sion ?
Ai-je con­nu le bon­heur avec suff­isam­ment de grat­i­tude ?
Ai-je enduré la soli­tude avec dig­nité ?

Je dis tout ça mais peut-être ne fais-je que le penser.
En réal­ité, je pense prob­a­ble­ment trop.

Alors, je sors dans le jardin,
où le jar­dinier, dont on dit qu'il est un homme sim­ple,
s'occupe de ses enfants, les ros­es.

The Gardener

Have I lived enough?
Have I loved enough?
Have I con­sid­ered Right Action enough, have I come to any con­clu­sions?
Have I expe­ri­enced hap­pi­ness with suf­fi­cient grat­i­tude?
Have I endured lone­li­ness with grace?

I say this, or per­haps I’m just think­ing it.
Actu­al­ly, I prob­a­bly think too much.

Then I step out into the gar­den,
where the gar­den­er, who is said to be a sim­ple man,
is tend­ing his chil­dren, the ros­es.

Paru dans…
A Thou­sand Morn­ings (2012)

Affich­er le recueil dans la poet­i­ca…
Une Ourse dans le jardin (2023)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : tra­duc­tion, édi­tion et icono­gra­phie | source : A thou­sand Morn­ings (2012) | tra­duc­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : CLAUS E., Le vieux jar­dinier (vers 1886) © La Bover­ie, Liège.

DEMOULIN, Laurent (né en 1966) : "Génération perdue" (1998)

À mon âge, mon père avait déjà quit­té ma mère et épousé sa sec­onde femme.
Plusieurs enfants por­taient son nom.
Tan­dis que je vais seul sur la vieille route, sans descen­dance et sans avenir.
À mon âge, mon grand-père avait déjà conçu le plan de livres
Dont je ne com­prends même pas le titre et qui se vendent tou­jours,
Trente ans après sa mort, dis­crète­ment, sur la terre, à des uni­ver­si­taires con­scien­cieux.
Et je traîne ma vie entre deux bières avec amis qui, comme moi, écrivent sans pro­jet,
Jouent de la musique sans con­naître le solfège et font trop peu l'amour.
À mon âge, mon père en était à son troisième méti­er.
Il avait claqué la porte, comme le vent la voile, au large de plusieurs boîtes.
À mon âge, mon fils aimera déjà la femme qui pleur­era à son enter­re­ment,
Comme le père de mon père à celui de la mère de mon père.
Et, je vais seul de loy­er en loy­er, homme neuf, fils de per­son­ne, sans descen­dance et sans avenir.
À mon âge, mon grand-père impo­sait déjà le respect
Son des­tin était gravé dans son cœur de mar­bre
Et le monde était un livre où il ne lui restait plus qu'à recopi­er à la plume
Un texte écrit avant sa nais­sance.
Tan­dis que mon cœur est grif­fé
Et que le monde tout autour ressem­ble plus à des cartes que l'on bat sans cesse
Qu'à un livre blanc.
À mon âge, mon grand-père avait déjà été sacré roi
Et mon père avait déjà pris la Bastille,
À mon âge, mon grand-père réc­i­tait des iambes grecs solide­ment ryth­més.
Mon père les pre­miers poèmes libérés de la rime.
À mon âge, mon fils et ses amis réin­ven­teront enfin la poésie,
Elle remon­tera au Par­nasse dans leur sil­lage vic­to­rieux.
Je n'ai plus qu'à les atten­dre.

Paru dans…
Nou­velle poésie en pays de Liège (antholo­gie, 1998)

Et dans wal­loni­ca…

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : Nou­velle poésie en pays de Liège (Antholo­gie, 1998) | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © ULiège – B. Bouck­aert.

COCTEAU, Jean (1889–1963) : "L'âge ingrat" (1927)

Il revient à ma mémoire
Que l'enfance aux yeux trompeurs
Se cachait dans les armoires
Pour faire mourir de peur.

Ou bien que, der­rière un globe
Ter­restre, te sou­viens-tu
Elle tirait par la robe
Nos sœurs changées en stat­ues.

Tout se pas­sait sur des espèces d'acatènes
Savoir : des bicy­clettes bleu de ciel sans chaîne ;
On se lais­sait couler le long d'un mur
De l'âge ingrat dans l'âge mûr.

Que fîmes-nous couchés der­rière les gro­seilles ?
A vrai dire surtout des rires moqueurs.
Nos bouch­es fleuris­saient des filles les oreilles,
Près des grenouilles, mortes la main sur le cœur.

Extrait de…
Opéra (1927)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : recueil Opéra (1927) | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : en-tête, dessin de Jean Cocteau © Livre de poche.

NOAILLES, Anna de – (1876–1933) : "Parfois, quand j’aperçois mon flamboyant visage" (1924)

Par­fois, quand j’aperçois mon flam­boy­ant vis­age,
Lorsqu’il vient d’échapper à ta bouche et tes doigts,
Je ne recon­nais pas cette exul­tante image,
Et je con­tem­ple avec un déférent effroi

Cette beauté que je te dois !

Comme de bleus raisins mes noirs cheveux oscil­lent,
Ma joue est écar­late et mon œil qui jubile
mêle à sa calme joie un tri­om­phant main­tien ;
Je n’ai vu ce regard floris­sant et païen

Que chez les chèvres de Sicile !

Moment fier et sacré où, sevré de désir,
Mon cœur médi­tatif dans l’espace con­tem­ple
La seule vérité, dont nous sommes le tem­ple ;
Car que peut-il rester dans le monde à saisir
Pour ceux qui, pos­sé­dant leur univers ensem­ble,

Ont mis l’honneur dans le plaisir ?

Extrait de…
Poème de l'amour (1924)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : recueil Poème de l'amour (1924) | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © bythe­lake.

ARAGON, Louis (1897–1982) : "Que la vie en vaut la peine" (1954)

C’est une chose étrange à la fin que le monde
Un jour je m’en irai sans en avoir tout dit
Ces moments de bon­heur ces midi d’incendie
La nuit immense et noire aux déchirures blondes

Rien n’est si pré­cieux peut-être qu’on le croit
D’autres vien­nent
Ils ont le cœur que j’ai moi-même
Ils savent touch­er l’herbe et dire je vous aime
Et rêver dans le soir où s’éteignent des voix

D’autres qui refer­ont comme moi le voy­age
D’autres qui souriront d’un enfant ren­con­tré
Qui se retourneront pour leur nom mur­muré
D’autres qui lèveront les yeux vers les nuages

Il y aura tou­jours un cou­ple frémis­sant
Pour qui ce matin-là sera l’aube pre­mière
Il y aura tou­jours l’eau le vent la lumière
Rien ne passe après tout si ce n’est le pas­sant

C’est une chose au fond que je ne puis com­pren­dre
Cette peur de mourir que les gens ont en eux
Comme si ce n’était pas assez mer­veilleux
Que le ciel un moment nous ait paru si ten­dre

Oui je sais cela peut sem­bler court un moment
Nous sommes ain­si faits que la joie et la peine
Fuient comme un vin menteur de la coupe trop pleine
Et la mer à nos soifs n’est qu’un com­mence­ment

Mais pour­tant mal­gré tout mal­gré les temps farouch­es
Le sac lourd à l’échiné et le cœur dévasté
Cet impos­si­ble choix d’être et d’avoir été
Et la douleur qui laisse une ride à la bouche

Mal­gré la guerre et l’injustice et l’insomnie
Où l’on porte rongeant votre cœur ce renard
L’amertume et
Dieu sait si je l’ai pour ma part
Porté comme un enfant volé toute ma vie

Mal­gré la méchanceté des gens et les rires
Quand on trébuche et les mon­strueuses raisons
Qu’on vous oppose pour vous faire une prison
De ce qu’on aime et de ce qu’on croit un mar­tyre

Mal­gré les jours mau­dits qui sont des puits sans fond
Mal­gré ces nuits sans fin à regarder la haine
Mal­gré les enne­mis les com­pagnons de chaînes
Mon Dieu mon
Dieu qui ne savent pas ce qu’ils font

Mal­gré l’âge et lorsque soudain le cœur vous flanche
L’entourage prêt à tout croire à don­ner tort
Indif­fèrent à cette chose qui vous mord
Sim­ple his­toire de pren­dre sur vous sa revanche

La cru­auté générale et les saloperies
Qu’on vous jette on ne sait trop qui faisant école
Mal­gré ce qu’on a pen­sé souf­fert les idées folles
Sans pou­voir soulager d’une injure ou d’un cri

Cet enfer
Mal­gré tout cauchemars et blessures
Les sépa­ra­tions les deuils les cam­ou­flets
Et tout ce qu’on voulait pour­tant ce qu’on voulait
De toute sa croy­ance imbé­cile à l’azur

Mal­gré tout je vous dis que cette vie fut telle
Qu’à qui voudra m’entendre à qui je par­le ici
N’ayant plus sur la lèvre un seul mot que mer­ci
Je dirai mal­gré tout que cette vie fut belle

Extrait de…
Les yeux et la mémoire (1954)

Et dans wallonica.org…

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : recueil Les yeux et la mémoire (1954)  | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © pho­to kipa.

ISTA, Georges (1874–1939) : "Li boukète èmacralèye" (1917)

C'esteut l'nut dè Noyé. Li Mame féve des boukètes.
Et tos les p'tits effants, ras­son­nés dilé l'feu,
Rin qu'à houmer l'odeûr qui mon­téve del pêlette,
Si sin­tient l'èwe al boque et s'ralètchient les deugts.

Qwand on costé del pâsse esteut djusse à l'idèye,
Li mame prindéve li pêle, elle hoyéve on p'tit cop,
Et puis houp ! li boukète è l'air féve ène dimèye
Et d'vins l'mitan del pêle ritouméve cou-z‑â haut.

— " Lèyiz'-m'on po sayi ! brèya li p'tite Mard­jène
Dji wadge dè l'ritourner d'adreut dè pru­mi cop !
Vos-alez vèye, Nosse Mame ! " Et volà nosse glawène
Qui prind l'pêle à deux mains, qui s'abahe on p'tit po,

Et rouf ! di totes sès fwèces elle èvole li boukète…
Elle l'èvola si bin qu'elle n'a mây ritoumé !
On qwèra tos costés, so l'armâ, podri l'pwette ;
On n'ritrova mây rin ! Ouisse aveut-elle passé ?

Tot l'monde se'l dumindéve, èt les c'méres dè vinâve
Si racon­tient tot bas, al nut, âtou dè feu,
Qui c'esteut seûr li Diâle qu'esteut catchi d'zos l'tâve
Et qui l'aveut mag­ni sins fé ni ène ni deux…

L'hiviér pas­sa. L'osté ram­i­na les verdeûres
Et les fiess­es di pârotche âs djoyeux crâmignons.
Tot l'monde aveut dèd­ja rou­vi ciste avin­teûre
Qwand li mére d'a Mard­jène fa r'blanqui ses pla­fonds.

Volà don l'bwègne Colas, blan­qui­heux sins parèye,
Qu'arive avou ses breuss­es, ses hâles et ses sèyês.
I c'minça dè bod­ji les p'titès bardah'rèyes
Qu'estient avâ l'manèdge ; i wès­ta les tâvlês

Qui pin­di­ent so les meûrs ; puis, mon­tant so s'halette,
I d'pinda l'grand mureu qui hâg­nive so l'djîvâ…
Et c'est podri l'mureu qu'on r'trova nosse boukète
Qu'esteut là d'poy six meus, co pus deûre qu'on vi clâ,

Neûre come on cou d'tchapê, reûde èco pé qu'ine bèye,
Frèsèye come ène vèye catche et, âdzeu d'tot çoulà,
Tote cov­iète di strons d'mohes, et tel'mint tchamossèye
Qu'elle aveut des poyèdges co pé qu'ène ango­ra !

LA BOUQUETTE ENSORCELÉE

C'était la nuit de Noël, la mère fai­sait des bou­quettes.
Et tous les petits enfants rassem­blés devant le feu,
Rien qu'à humer l'odeur qui mon­tait de la poêle
Sen­taient l'eau leur mon­ter à la bouche et se reléchaient les doigts.

Quand un côté de la pâte était juste à point,
La mère pre­nait la poêle et la sec­ouait un petit peu.
Et puis hop, la bou­quette en l'air fit une pirou­ette
Et au milieu de la poêle se retrou­vait cul vers le haut.

"Lais­sez-moi un peu essay­er, brail­la la petite Marie Jeanne,
Je parie que je vais la retourn­er du pre­mier coup.
Vous allez voir mère". Et voilà notre gamine
Qui prend la poêle à deux mains, qui s'abaisse un petit peu.

Et rouf ! De toutes ses forces elle env­ole la bou­quette.
Elle l'envola si bien qu'elle n'est jamais retombée.
On cher­cha tout côtés, sous l'armoire, au-dessus de la porte.
On ne retrou­va jamais rien. Où était-elle passée ?

Tout le monde se le deman­da et les com­mères du quarti­er
Se racon­taient tout bas, la nuit, autour du feu
Que c'était sure­ment le dia­ble qui s'était caché sous la table
Et qui l'avait mangé sans faire ni une ni deux…

L'hiver pas­sa, l'été rame­na les ver­dures
Et les fêtes de la paroisse et les joyeux cramignons.
Tout le monde avait déjà oublié cette aven­ture
Quand la mère de Marie Jeanne fit reblanchir ses pla­fonds.

Voilà donc le borgne Colas, badi­geon­neur sans pareil
Qui arrive avec ses bross­es, ses échelles et ses seaux.
Il com­mença par enlever les petits objets encom­brants
Qu'il y avait dans la mai­son. Il ôta les tableaux

Qui pendaient sur les murs puis, mon­tant sur l'escabeau,
Il décrocha le grand miroir qui s’étalait sur la chem­inée
Et c'est der­rière le miroir qu'on retrou­va notre bou­quette
Qui était là depuis six mois, encore plus dure qu'un vieux clou,

Noire comme un cul de cha­peau, encore plus raide qu'une quille,
Grêlée comme une vieille poire, et en plus de tout cela,
Toute cou­verte de cacas de mouch­es et telle­ment moisie,
Qu'elle avait des poils encore pire qu'un ango­ra.

Paru dans…
domaine pub­lic

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | tra­duc­tion : domaine pub­lic | crédits illus­tra­tions : domaine pub­lic.

LANGSTON HUGUES, James Mercer (1901–1967) : "Je l'aimais…" (1926, trad. P. Thonart)

Je l'aimais.
Il m'a quit­té.
Il n'y a rien d'autre à dire.
Le poème se ter­mine,
Douce­ment,
Comme il a com­mencé, -
Je l'aimais.

(à F.S.)

(To F. S.)

I loved my friend.
He went away from me.
There’s noth­ing more to say.
The poem ends,
Soft as it began,—
I loved my friend.

Paru dans…
The Weary Blues (1926)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : tra­duc­tion, édi­tion et icono­gra­phie | source : The Weary Blues (1926) | tra­duc­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © get­ty images.

LISEZ-VOUS LE BELGE ? Maisons d'édition à (re)découvrir – Poésie

[PILEn] La poésie ? L'art de traduire l'infime en mer­veilleux, le quo­ti­di­en en danse effrénée… De nos sym­bol­istes à nos sur­réal­istes en pas­sant par les veines con­tem­po­raines très fécon­des de la per­for­mance ou du slam, notre pays voit plus que jamais son nom épinglé sur la carte de ce genre lit­téraire. Une diver­sité riche de tons et d'intentions, voilà bien ce que vous trou­verez dans les recueils édités par ces maisons d'édition belges :

Angle Mort éditions

Hen­ri Alain & Célestin de Meeûs

Rue Jules Franc­qui, 6 ‑1190 Brux­elles
anglemorteditions.com
langlemort.edition@gmail.com

Bleu d'encre

Claude Don­nay

Rue de Bloc­q­mont, 5B – 5500 Yvoir
editeurssinguliers.be/editeur/bleu-dencre/
claude.donnay58@gmail.com

Éranthis

Geof­froy Wolters

Grand-Rue, 2–14 – 1348 Lou­vain-la-Neuve
editeurssinguliers.be/editeur/eranthis
info@ciaco.com

L'Arbre à Paroles

Mai­son de la poésie d'Amay
David Gian­noni

Place des Cloîtres, 8 – 4540 Amay
maisondelapoesie.com/editions/
contact@maisondelapoesie.com

L'Arbre de Diane

Mélanie Godin

Avenue Van Bece­laere, 184 – 1170 Brux­elles
larbre-de-diane.myshopify.com
larbredediane@gmail.com

La Pierre d'Alun

Jean Mar­che­t­ti

Rue de l'Hôtel-des-Monnaies, 81 ‑1060 Brux­elles
lapierredalun.be
lapierredalun@skynet.be

Le Chat polaire

Marie Taffore­au

Avenue Maeter­linck, 13 – 1348 Lou­vain-la-Neuve
lechatpolaire.com
lechatpolaire@gmail.com

Le Cormier

Pierre-Yves Soucy

Avenue Coghen, 146 – 1180 Brux­elles
lecormier.net
contact@lecormier.net

Le Coudrier

Joëlle Bil­ly

Grand'Place, 24 – 1435 Mont-Saint-Guib­ert
lecoudrier.weebly.com
coudriermsg@gmail.com

Le Daily-BuL

Marie Godet

Rue de la Loi, 14 – 7100 La Lou­vière
dailybulandco.be/editions.html
info@dailybulandco.be

Le Taillis Pré

Yves Namur

Rue de la Plaine 23 – 6200 Châte­lin­eau
editeurssinguliers.be/editeur/taillis-pre/
yves.namur@skynet.be

Tétras Lyre

Audrey Voos

Rue du Palais, 8 – 4000 Liège
editionstetraslyre.be
editions.tetraslyre@gmail.com

Et aussi…

La pro­duc­tion édi­to­ri­ale en Bel­gique fran­coph­o­ne est riche dans sa diver­sité, forte d'un cor­pus var­ié, généreux en gen­res lit­téraires et inspi­ra­tions. Entre l'accès au livre et les lecteurs et lec­tri­ces se trou­ve un mail­lon essen­tiel : la mai­son d'édition. Dans le cadre de la cam­pagne de pro­mo­tion du livre belge fran­coph­o­ne Lisez-vous le belge ?, le PILEn, en col­lab­o­ra­tion avec l'ADEB et les Édi­teurs sin­guliers, a créé un ensem­ble de fich­es conçues comme un out­il à des­ti­na­tion du grand pub­lic, des pro­fes­sion­nels et pro­fes­sion­nelles du livre, des enseignants et enseignantes ain­si que des jour­nal­istes. L'objectif : faire con­naître les maisons d'édition belges fran­coph­o­nes, met­tre en lumière leur exper­tise et spé­cial­i­sa­tion en les groupant par genre lit­téraire et thé­ma­tique. Ce réper­toire ne pré­tend pas à l'exhaustivité, mais con­stitue déjà une ressource qual­i­ta­tive qui per­met d'orienter lecteurs et lec­tri­ces dans le paysage édi­to­r­i­al belge en fonc­tion de leur genre de prédilec­tion…

Cliquez pour télécharg­er la liste com­plète des édi­teurs belges…

SORTET, Gaëtan (né en 1974) : "Les feuilles et les rires s'envolent, je crois…" (2023)

Les feuilles et les rires s'envolent, je crois. La cloche sonne, je crois. J'aime bien croire. Je crois ain­si que je croîs.

C'est la messe en si. Si la tour de Pise était droite. Si les paris sportifs étaient en bouteille. Si maman scie.

Je dors tou­jours sur le dos. C'est une manière de pro­téger mes arrières… pen­sées.

Tu sais, j'aime bien ton hon­nêteté. Même si je ne t'y oblige pas. Mais j'aime bien.

Tu dois être ren­trée main­tenant. Ou pas pas pas pas pas pas pas. Ou pas pas pas.

Un jour, j'irai à New Del­hi avec toi.

On y mangera un Dal makhani.

Paru dans…
inédit (2023)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : inédit | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © gaetansortet-art.be.

LECLERCQ, Pascal (né en 1975) : "J'ai mis l'été sur la banquette arrière…" (2018)

     J'ai mis l'été sur la ban­quette arrière, avec un saucis­son, une bouteille à peine entamée de whisky, un demi bac de bière, puis j'ai lancé l'auto sur la route des Ardennes, jusqu'au vil­lage où je l'ai ren­con­trée quelques années plus tôt – elle por­tait l'habit tra­di­tion­nel, jupe longue, busti­er de gitane, un voile de tulle anthracite cachait son vis­age à hau­teur des lèvres.
Au bout de trois canettes, je me suis couché ten­drement sous elle, la fer­me­ture éclair de sa robe imprimée ouverte à mes caress­es ; au bout de six, elle avait dis­paru, me lais­sant seul avec les charmes et les ormes du pré du père Gal­lé. J'ai bu encore, des coups de gnôle entre­coupés de chopes.
Au réveil, mon crâne avait la dureté d'une cage et mon cerveau bat­tait sur ses bar­reaux, furieux d'avoir été piégé. Je me suis sou­venu de ses doigts qui pas­saient pour des pétales et guéris­saient, rien qu'en les effleu­rant, mes joues. Puis le vent s'est mis à souf­fler.

Paru dans…
recueil Analyse de la men­ace (2018)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : recueil Analyse de la men­ace (2018) | con­tribu­teur : Karel Logist | crédits illus­tra­tions : © DR.

NOUGÉ, Paul (1895–1967) : "Ne vous lamentez plus…" (1925)

NOUGÉ, Paul (1895–1967) : "Vos oreilles vous écoutent…" (1925)

Paru dans…
recueil La pub­lic­ité trans­fig­urée (1925)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : recueil La pub­lic­ité trans­fig­urée (1925) | con­tribu­teur : Karel Logist | crédits illus­tra­tions : René Magritte © Musées roy­aux des Beaux-Arts de Bel­gique – pho­to : J. Geleyns – Art Photography​.

OLIVER, Mary (1935–2019) : "J'étais très inquiète…" (2017, trad. Patrick Thonart, 2023)

J'étais très inquiète. Le jardin va-t-il repren­dre, les riv­ières
vont-elles couler dans la bonne direc­tion, la terre va-t-elle tourn­er
comme on lui a appris et, sinon, com­ment vais-je
cor­riger tout ça ?
Avais-je rai­son, me trompais-je, serais-je par­don­née,
puis-je faire mieux ?
Pour­rais-je un jour chanter, même les moineaux
savent chanter et moi, je suis plutôt
un cas dés­espéré.
Est-ce que ma vue baisse ou est-ce moi qui l'imagine,
vais-je souf­frir de rhu­ma­tismes,
attrap­er le tétanos, devenir démente ?
Finale­ment, j'ai vu que s'inquiéter ne menait nulle part.
Et j'ai lais­sé tomber. Et j'ai pris mon vieux corps
et je suis sor­tie dans le matin nou­veau,
et j'ai chan­té.

I worried

I wor­ried a lot. Will the gar­den grow, will the rivers
flow in the right direc­tion, will the earth turn
as it was taught, and if not how shall
I cor­rect it?
Was I right, was I wrong, will I be for­giv­en,
can I do bet­ter?
Will I ever be able to sing, even the spar­rows
can do it and I am, well,
hope­less.
Is my eye­sight fad­ing or am I just imag­in­ing it,
am I going to get rheuma­tism,
lock­jaw, demen­tia?
Final­ly, I saw that wor­ry­ing had come to noth­ing.
And gave it up. And took my old body
and went out into the morn­ing,
and sang.

Paru dans…
Devo­tions: The Select­ed Poems of Mary Oliv­er (2017)

Affich­er le recueil dans la poet­i­ca…
Une Ourse dans le jardin (2023)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : tra­duc­tion, édi­tion et icono­gra­phie | source : Devo­tions: The Select­ed Poems of Mary Oliv­er (2017) | tra­duc­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : une sculp­ture de Béné­dicte Wesel © Benoît Naveau.