ORBAN, Joseph (1957–2014) : "Ce sont les derniers trains…" (1989)

Ce sont les derniers trains,
ce sont les dernières pluies.
Déjà tout dis­paraît.
Une dernière fois,
je ferme la fenêtre.
La cham­bre n’a plus d’odeur et
j’ai éteint le feu.
Je deviens l’invisible,
le bleu sur fond de ciel.
Rester.
Par­tir.
Ni s’incruster.
Ni fuir.

Paru dans…
L’invisible, le bleu (1989)

En savoir plus, dans wallonica.org...

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : L’invisible, le bleu (1989) | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © Max Carnevale – emulation-liege.be.

FRANCOTTE, Catherine (née en 1954) : "J’ose à peine t’ôter ton habit à rayures…" (2018)

J’ose à peine t’ôter ton habit à rayures
Pois­seux, il te colle à la peau, se fis­sure…
Te touch­er me répugne, tes remu­gles obsé­dants
Recu­lent les plaisirs que tu donnes aux amants.
Mais quand tu t’offres nu à ma bouche bouf­fonne
J’oublie ma répul­sion et d’un coup je t’affonne.

Paru dans…
non pub­lié

En savoir plus, dans wallonica.org...

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : don de l'auteur | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © rtbf.be.

PIER, Camille (né en 1988) : "Scandale" (2022)

Tout ce que je suis c’est un mot
et c’est mon préféré
Scan­dale !

Je suis un scan­dale
un scan­dale vivant
un scan­dale fier comme un paon
un scan­dale en san­dales

Je suis une fête que je suis cen­sé avoir organ­isée
mais qui m’échappe total
et c’est là que ça com­mence à être mar­rant
Quel scan­dale !

Je suis une fête
une soirée secrète
un événe­ment fétiche sur une péniche
Je suis le fes­ti­val des car­navals sans autori­sa­tion de la poliche
Je suis un club où toutes les peaux finis­sent tou­jours à poil

Dans les dark rooms de mon cœur
j’allume et j’éteins la lumière quand je veux
et j’ai même une petite télé­com­mande pour tamiser l’intensité
avec effets feux de chem­inée
effets néons rouges de vieux peep-show
effets phares de camions

Je suis un scan­dale
et je marche la tête haute
C’est pas une auréole que j’ai là-haut non
c’est pas une couronne même
c’est un trône !
Je marche la tête haute
et je peux aller m’asseoir en haut de ma tête
pour voir le monde d’encore plus haut

J’ai des ver­tiges de plaisir
qui ne sont jamais jamais des descentes
Ma vie n’a rien d’une vie décente
je suis un scan­dale

Tout ce que je suis c’est tout ce que tu hais
Tout ce que je réus­sis
c’est tout ce que tu essayais

Quand je me sou­viens jusqu’à quel point
l’ennui des autres a réus­si à me faire me détester
Telle­ment j’ai voulu être aimé alors
telle­ment j’ai voulu être nor­mal
et telle­ment je me suis détesté
d’être ce mar­queur qui dépasse les lignes de colo­riage
parce que y avait pas de gommes pour les mar­queurs

Je me détes­tais de ne pas être aimé
par cette frise régulière de gens qui s’emmerdent dans la vie
je tami­sais mon inten­sité avec cette petite télé­com­mande
pour pas trop être vis­i­ble
pour pas trop déranger
pour pas trop me met­tre en dan­ger
en dan­ger de ces per­son­nes
qui pensent que n’être per­son­ne
c’est ça la décence

Tout ce que je suis c’est tout ce que tu hais
Tout ce que je réus­sis
c’est tout ce que tu essayais

Si j’avais été con­sid­éré comme nor­mal
j’aurais gag­né un temps de dingue
à ne pas devoir guérir tous les jours de cette guerre
qu’on a déclarée dans ma tête
comme un incendie
Dans ma tête
il y a une fête où j’ai pas le con­trôle
à tout moment elle peut gliss­er vers la guerre civile
et moi de mon trône

Scan­dale !

J’ai pas choisi l’étiquette
qu’on m’a col­lée autour du cou

Scan­dale !

Tout ce que je suis
c’est tout ce que j’ai fait
et tout ce que j’ai réus­si
c’est tout ce que j’ai

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : recueil Scan­dale (2022)  | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : en-tête, Camille Pier en Pierre Roco­co © Samir Sam’Touch & Anne-Flo­re Mary ; © dikave-stu­dio.

VIENNE, Philippe (né en 1961) : "Élégie" (2021)

Sou­vent je mar­chais immo­bile au bord de tes yeux
Retenu par tes cils, par­fois heureux

Cares­sant dans un épais silence
Les blessures amères des amants
Les con­tours de ton absence
L’ombre pour­pre des bais­ers

J’espérais encore quelque soir
Être le pein­tre de ma vie
Les ailes bleuies d’espoir
Vol­er comme l’on danse

Sou­vent je mar­chais immo­bile au bord de tes yeux
Retenu par tes cils, par­fois heureux

Le temps s’écoulait comme une larme
Et je rêvais d’être mort

Paru sur…
non pub­lié (2021)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : orig­i­nal de l'auteur (non-pub­lié)  | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : en-tête, Zao Wou-Ki, 14.03.92 © Den­nis Bouchard / Zao Wou-Ki.

GRIMALDI, Laura (née en 1958) : "Nudité" (2023)

Ta nudité me comble

Elle est cos­mos,
vigne et olivi­er,

les let­tres de mon alpha­bet
pour­ront-elles don­ner nais­sance
à tant de beauté ?

Peut-être fau­dra-t-il mélanger
les let­tres graciles,
ron­des et élancées,
de plusieurs alpha­bets
pour mieux t’honorer

Elle est har­monie
comme le début du monde
Elle est har­monie
comme le chant des oiseaux
Elle est let­tre au monde,
poésie du sacré

Paru sur…
Terre d’Âmes (2023)

En savoir plus, sur wallonica.org

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : tra­duc­tion, édi­tion et icono­gra­phie | source : Terre d'Âmes (2023) | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : Auber­jonois R., Grand nu couché © Musée can­ton­al des Beaux-Arts de Lau­sanne.

ATELIER | Écrire comme on respire – Agnès HENRARD

Écrire pour repren­dre souf­fle, être à l’écoute de soi, recon­naître sa voix et décou­vrir celle de l’autre. Écrire pour inter­roger son his­toire per­son­nelle, son rap­port au monde et les notions de norme, de dif­férence, de trans­gres­sion, de mar­gin­al­ité… Le thème « Sor­tir du cadre ? » guidera les propo­si­tions d’écriture poé­tique indi­vidu­elles et col­lec­tives acces­si­bles à toutes et tous.

Ani­ma­trice : Agnès Hen­rard

1 jeu­di par mois
les 21/09, 19/10, 23/11, 21/12
de 9h30 à 12h00
À la bib­lio­thèque de Huy
18b, rue des Augustins 4500 Huy

1 jeu­di par mois
les 21/09, 19/10, 23/11, 21/12
de 14h00 à 16h00
À la bib­lio­thèque de Have­lange
4, rue de Hié­tine 5370 Have­lange

LOGIST, Karel (né en 1962) : "La vie au lendemain de ma vie avec toi…" (2007)

La vie au lende­main de ma vie avec toi
ne sera pas moins douce
ne sera pas moins belle
juste peut-être un peu plus courte
peut-être aus­si moins gaie

La vie au lende­main de ma vie avec toi
ne sera pas ceci ne sera pas cela
ne sera pas souci ne sera pas fra­cas
ne sera pas couci ne sera pas couça
ne sera pas ici ne sera pas là-bas
Ma vie sera séquelle, sera ce qu’elle sera
ou ne sera plus rien

Cer­tains jours, par défi,
je ferai de petits voy­ages sur nos traces
je ferai de petits voy­ages sur nos pas

Et là je te ferai de petites fidél­ités
tant pis si tu l’apprends
si tu dois m’en vouloir
si jamais tu m’en veux de te l’avoir appris
entre ces lignes-ci

J’irai revoir des lieux que nous aimions ensem­ble
Je ne tourn­erai pas en rond

Si ça ne tourne pas rond
je prendrai nos pho­tos
dans la boite à chaus­sures
sous le meu­ble en bois blanc
et je regarderai encore
par-dessus l’épaule du bon­heur
com­bi­en tu étais belle
com­ment nous étions beaux

J’achèterai un chat
que j’appellerai Unchat
en hom­mage à l’époque où j’en étais bien sûr
inca­pable à tes yeux

Le thé refroidi­ra ; per­son­ne pour le boire
L’été refleuri­ra ; per­son­ne pour y croire

Je ne vais rien chang­er à l’ordre de mes livres
déplac­er aucun meu­ble
J’expédierai nos cartes
qui dis­aient le des­tin
mais jamais l’avenir
à nos meilleurs amis
J’allongerai les jours
Je met­trai des ten­tures dans la cham­bre à couch­er pour allonger
un peu égale­ment
le som­meil de mes nuits
mes nuits au lende­main de mes nuits avec toi

La vie au lende­main de ma vie avec toi
je la veux sim­ple et bonne
je la veux douce et lisse
comme le plat d’une main qui ne pos­sède rien
et ne désigne qu’elle.

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : partage, édi­tion et icono­gra­phie | source : recueil Si tu me dis­ais viens (2007)  | con­tribu­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © Karel Logist.

OLIVER, Mary (1935–2019) : "Poème de l’insouciance" (2002, trad. Patrick Thonart, 2023)

Aujourd’hui, à nou­veau, je suis à peine moi-même.
Cela m’arrive encore et encore.
Ce sont les dieux qui veu­lent ça.

Cela me tra­verse
comme une vague bleue.
Croyez-moi ou pas – des feuilles vertes,
une fois ou deux déjà,
sont sor­ties du bout de mes doigts

Quelque part
dans la forêt pro­fonde,
sous l’emprise insou­ciante du print­emps.

Même si, bien enten­du, je con­nais aus­si l’autre chan­son,
la douce pas­sion d’être à soi.

Juste­ment, hier, je regar­dais une four­mi tra­vers­er un chemin, en s’escrimant
      avec les aigu­illes de pins tombées là.
Et j’ai pen­sé : elle ne va jamais vivre une autre vie que celle-là.
Et j’ai pen­sé : si elle vit sa vie de toutes ses forces,
      n’est-elle pas admirable et sage ?
Et j’ai pen­sé ain­si jusqu’au som­met de la pyra­mide mag­ique des vivants,
      jusqu’à ce que j’arrive à moi.

Et mal­gré tout cela, dans ces bois du nord, sur ces collines de sable,
Je me suis envolée par l’autre fenêtre de moi-même
pour devenir un héron blanc, une baleine bleue,
      un renard roux, un héris­son.

Oh, quelque­fois mon corps s’est déjà sen­ti le corps d’une fleur !
Quelque­fois déjà mon cœur a été un per­ro­quet rouge, per­ché
      sur des arbres étranges et som­bres, bat­tant des ailes et cri­ant.

Reckless Poem

Today again I am hard­ly myself.
It hap­pens over and over.
It is heav­en-sent.

It flows through me
like the blue wave.
Green leaves—you may believe this or not—
have once or twice
emerged from the tips of my fin­gers

Some­where
deep in the woods,
in the reck­less seizure of spring.

Though, of course, I also know that oth­er song,
the sweet pas­sion of one-ness.

Just yes­ter­day I watched an ant cross­ing a path, through the
      tum­bled pine nee­dles she toiled.
And I thought: she will nev­er live anoth­er life but this one.
And I thought: if she lives her life with all her strength
      is she not won­der­ful and wise?
And I con­tin­ued this up the mirac­u­lous pyra­mid of every­thing
      until I came to myself.

And still, even in these north­ern woods, on these hills of sand,
I have flown from the oth­er win­dow of myself
to become white heron, blue whale,
      red fox, hedge­hog.

Oh, some­times already my body has felt like the body of a flower!
Some­times already my heart is a red par­rot, perched
      among strange, dark trees, flap­ping and scream­ing.

Paru dans…
Revue Five Points (2002)

Affich­er le recueil dans la poet­i­ca…
Une Ourse dans le jardin (2023)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : tra­duc­tion, édi­tion et icono­gra­phie | source : Revue Five Points (2002) | tra­duc­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © Béné­dicte Wesel.

OLIVER, Mary (1935–2019) : "Comment vivrais-tu alors ?" (2006, trad. Patrick Thonart, 2023)

Et si une cen­taine de car­dinaux à poitrine rose
   vole­taient en cer­cle autour de ta tête ? Et si
un petit moqueur poly­glotte venait vivre chez toi et
   deve­nait ton con­seiller ? Et si
les abeilles tapis­saient tes murs avec du miel et qu’il
   te suff­ise de le deman­der pour qu’elles rem­plis­sent
ton bocal ? Et si le ruis­seau descendait la colline juste
   sous la fenêtre de ta cham­bre pour que tu puiss­es écouter
ses prières lentes avant de t’endormir ? Et si
   les étoiles com­mençaient à crier leur nom, ou à pass­er
dans un sens ou dans l’autre par-dessus les nuages ? Et si
   tu dessi­nais l’image d’un arbre, et que ses feuilles
com­mençaient à bruiss­er, et qu’un oiseau chante joyeuse­ment
   du haut d’une de ses branch­es peintes ? Et si tu réal­i­sais d’un coup
que l’argent de l’eau était plus clair que l’argent
   de ta mon­naie ? Et si tu réal­i­sais enfin
que les tour­nesols, qui se tour­nent vers le soleil chaque jour
   et pen­dant tout le jour – on ne sait pas com­ment, mais ils le font – étaient
plus pré­cieux et avaient plus de sens que l’or lui-même ?

How Would You Live Then?

What if a hun­dred rose-breast­ed gros­beaks
   flew in cir­cles around your head? What if
the mock­ing­bird came into the house with you and
   became your advi­sor? What if
the bees filled your walls with hon­ey and all
   you need­ed to do was ask them and they would fill
the bowl? What if the brook slid down­hill just
   past your bed­room win­dow so you could lis­ten
to its slow prayers as you fell asleep? What if
   the stars began to shout their names, or to run
this way and that way above the clouds? What if
   you paint­ed a pic­ture of a tree, and the leaves
began to rus­tle, and a bird cheer­ful­ly sang
   from its paint­ed branch­es? What if you sud­den­ly saw
that the sil­ver of water was brighter than the sil­ver
   of mon­ey? What if you final­ly saw
that the sun­flow­ers, turn­ing toward the sun all day
   and every day – who knows how, but they do it – were
more pre­cious, more mean­ing­ful than gold?

Paru dans…
Blues Iris: Poems and Essays (2006)

Affich­er le recueil dans la poet­i­ca…
Une Ourse dans le jardin (2023)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : tra­duc­tion, édi­tion et icono­gra­phie | source : Blues Iris: Poems and Essays (2006) | tra­duc­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © Béné­dicte Wesel.

OLIVER, Mary (1935–2019) : "Les oies sauvages" (1986, trad. Patrick Thonart, 2023)

Pourquoi dois-tu faire le bien ?
Pourquoi veux-tu faire péni­tence
Et tra­vers­er des déserts à genoux ?
Laisse plutôt le doux ani­mal dans ton corps
Aimer ce qu’il aime.
Par­le-moi du dés­espoir, du tien, et je te par­lerai du mien,
Pen­dant que le monde con­tin­ue de tourn­er.
Pen­dant que le soleil et les per­les claires de la pluie
Bal­aient les paysages,
Les prairies, les arbres bien enrac­inés,
Les mon­tagnes et les riv­ières.
Pen­dant que les oies sauvages, dans le ciel ouvert,
S’en retour­nent encore, comme chaque fois.
Qui que tu sois et quelle que soit ta soli­tude,
Le monde s’offre à ton imag­i­na­tion,
Il t’appelle du cri des oies sauvages, âpre et atti­rant.
Sans cesse, il te répète que ta place
Est là, dans la grande famille des choses qui sont.

Wild Geese

You do not have to be good.
You do not have to walk on your knees
for a hun­dred miles through the desert repent­ing.
You only have to let the soft ani­mal of your body
love what it loves.
Tell me about despair, yours, and I will tell you mine.
Mean­while the world goes on.
Mean­while the sun and the clear peb­bles of the rain
are mov­ing across the land­scapes,
over the prairies and the deep trees,
the moun­tains and the rivers.
Mean­while the wild geese, high in the clean blue air,
are head­ing home again.
Who­ev­er you are, no mat­ter how lone­ly,
the world offers itself to your imag­i­na­tion,
calls to you like the wild geese, harsh and excit­ing –
over and over announc­ing your place
in the fam­i­ly of things.

Paru dans…
Dream Work (1986)

Affich­er le recueil dans la poet­i­ca…
Une Ourse dans le jardin (2023)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : tra­duc­tion, édi­tion et icono­gra­phie | source : Dream Work (1986) | tra­duc­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © Bruno Lil­je­fors (1860–1939)

OLIVER, Mary (1935–2019) : "Les yeux blancs" (2002, trad. Patrick Thonart, 2023)

Pen­dant l’hiver
    tout ce qui chante
         est au som­met des arbres
             là où l’oiseau-vent

Avec ses yeux blancs
    pousse et saute
         de branche en branche.
             Comme cha­cun d’entre nous

Il veut se repos­er,
    mais il est agité—
         il a une idée,
             et lente­ment elle se déploie

De sous ses ailes qui bat­tent l’air
    tant qu’il reste éveil­lé.
         Mais cette grande musique enrobante, après tout,
             est trop hale­tante pour dur­er.

Alors, tout s’arrête.
    Dans les branch­es hautes du pin,
         il fait son nid,
             il a fait ce qu’il pou­vait.

Je ne con­nais pas le nom de cet oiseau,
    J’imagine seule­ment son bec bril­lant
         replié sous l’aile blanche
             alors que les nuages—

Qu’il a con­vo­qués
    du grand nord—
         à qui il a appris
             à être doux, et silen­cieux—

S’épaississent, et com­men­cent à tomber
    dans le monde en-dessous d’eux
         comme des étoiles, ou les plumes
               de quelque oiseau fan­tas­tique

Qui nous aimerait,
    qui dort main­tenant, en silence—
         et qui s’est mué
             en neige.

White Eyes

In win­ter
    all the singing is in
         the tops of the trees
             where the wind-bird

with its white eyes
    shoves and push­es
         among the branch­es.
             Like any of us

he wants to go to sleep,
    but he's rest­less—
         he has an idea,
             and slow­ly it unfolds

from under his beat­ing wings
    as long as he stays awake.
         But his big, round music, after all,
             is too breathy to last.

So, it's over.
    In the pine-crown
         he makes his nest,
             he's done all he can.

I don't know the name of this bird,
    I only imag­ine his glit­ter­ing beak
         tucked in a white wing
             while the clouds—

which he has sum­moned
    from the north—
         which he has taught
             to be mild, and silent—

thick­en, and begin to fall
    into the world below
         like stars, or the feath­ers
               of some unimag­in­able bird

that loves us,
    that is asleep now, and silent—
         that has turned itself
             into snow.

Paru dans…
Revue Poet­ry (2002)

Affich­er le recueil dans la poet­i­ca…
Une Ourse dans le jardin (2023)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : tra­duc­tion, édi­tion et icono­gra­phie | source : Revue Poet­ry (2002) | tra­duc­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © Béné­dicte Wesel.

OLIVER, Mary (1935–2019) : "Jour d’été" (1990, trad. Patrick Thonart, 2023)

Qui a créé le monde ?
Qui a créé le cygne, et l’ours noir ?
Qui a créé la sauterelle ?
Je veux dire – cette sauterelle-là,
celle qui a sur­gi de ces herbes-là,
celle qui croque du sucre au creux de ma main,
elle dont les mandibules vont d’avant en arrière, pas de haut en bas,
elle qui regarde autour d’elle avec ses yeux énormes et très com­pliqués.
La voilà qui lève ses pâles pattes avant et se net­toie con­scien­cieuse­ment la face.
La voilà qui ouvre ses ailes et s’envole en flot­tant dans l’air.
Je ne sais pas exacte­ment ce qu’est une prière.
Mais je sais com­ment faire atten­tion, com­ment rouler
dans l’herbe, com­ment tomber à genoux dans l’herbe,
com­ment flân­er et me sen­tir bénie, me promen­er dans les champs ;
c’est ce que j’ai fait le jour durant.
Dis-moi, qu’aurais-je dû faire d’autre ?
Est-ce que tout ne meurt pas un jour, tou­jours trop tôt ?
Dis-moi, toi, que veux-tu faire
de ta vie sauvage, unique et si pré­cieuse ?

The Summer Day

Who made the world?
Who made the swan, and the black bear?
Who made the grasshop­per?
This grasshop­per, I mean—
the one who has flung her­self out of the grass,
the one who is eat­ing sug­ar out of my hand,
who is mov­ing her jaws back and forth instead of up and down—
who is gaz­ing around with her enor­mous and com­pli­cat­ed eyes.
Now she lifts her pale fore­arms and thor­ough­ly wash­es her face.
Now she snaps her wings open, and floats away.
I don’t know exact­ly what a prayer is.
I do know how to pay atten­tion, how to fall down
into the grass, how to kneel down in the grass,
how to be idle and blessed, how to stroll through the fields,
which is what I have been doing all day.
Tell me, what else should I have done?
Doesn’t every­thing die at last, and too soon?
Tell me, what is it you plan to do
with your one wild and pre­cious life?

Paru dans…
House of Light (1990)

Affich­er le recueil dans la poet­i­ca…
Une Ourse dans le jardin (2023)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : tra­duc­tion, édi­tion et icono­gra­phie | source : House of Light (1990) | tra­duc­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © Béné­dicte Wesel.

OLIVER, Mary (1935–2019) : "Pivoines" (1992, trad. Patrick Thonart, 2023)

Ce matin les poings verts des pivoines se pré­par­ent
 à me bris­er le cœur
  dès que le soleil se lève,
   dès que le soleil les caresse avec ses vieux doigts de beurre

Puis ils s’ouvrent—
 creusets de den­telles,
  blanch­es et ros­es—
   puis, tout le jour, les four­mis noires les escaladent,

Les per­forant de leurs trous pro­fonds et mys­térieux
 au creux des replis,
  folles de leur jus doucereux,
   et l’emmenant

Dans leurs som­bres cités souter­raines—
 et tout le jour
  dans le vent changeant,
   comme dans une grande danse de mariage,

Les fleurs incli­nent leur corps bril­lants,
 et dif­fusent leur par­fum dans les airs,
  et relèvent
   leurs tiges rouges qui sou­ti­en­nent

Toute cette humid­ité et cette insou­ciance
 joyeuse­ment et légère­ment,
  et la revoilà —
   belle et brave, l’exemplaire,

Qui s’ouvre de flammes.
 Aimes-tu ce monde ?
  Chéris-tu ton hum­ble et soyeuse vie ?
   Adores-tu l’herbe verte, avec ses ter­reurs cachées par-dessous ?

Est-ce que toi aus­si tu t’empresses, à peine habil­lée, pieds nus, dans le jardin,
 et douce­ment,
  t’exclamant devant leur générosité,
   tu te rem­plis les bras des fleurs ros­es et blanch­es,

De leur lour­deur mielleuse, de leurs trem­ble­ments lux­u­ri­ants,
 de leur impa­tiente volon­té
  d’être sauvages et par­faites un instant seule­ment, avant de n’être
   plus rien, pour tou­jours ?

Peonies

This morn­ing the green fists of the peonies are get­ting ready
 to break my heart
  as the sun ris­es,
   as the sun strokes them with his old, but­tery fin­gers

and they open—
 pools of lace,
  white and pink—
   and all day the black ants climb over them,

bor­ing their deep and mys­te­ri­ous holes
 into the curls,
  crav­ing the sweet sap,
   tak­ing it away

to their dark, under­ground cities —
 and all day
  under the shifty wind,
   as in a dance to the great wed­ding,

the flow­ers bend their bright bod­ies,
 and tip their fra­grance to the air,
  and rise,
   their red stems hold­ing

all that damp­ness and reck­less­ness
 glad­ly and light­ly,
  and there it is again —
   beau­ty the brave, the exem­plary,

blaz­ing open.
 Do you love this world?
  Do you cher­ish your hum­ble and silky life?
   Do you adore the green grass, with its ter­ror beneath?

Do you also hur­ry, half-dressed and bare­foot, into the gar­den,
 and soft­ly,
  and exclaim­ing of their dear­ness,
   fill your arms with the white and pink flow­ers,

with their hon­eyed heav­i­ness, their lush trem­bling,
 their eager­ness
  to be wild and per­fect for a moment, before they are
   noth­ing, for­ev­er?

Paru dans…
New and Select­ed Poems, Vol­ume One (1992)

Affich­er le recueil dans la poet­i­ca…
Une Ourse dans le jardin (2023)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : tra­duc­tion, édi­tion et icono­gra­phie | source : New and Select­ed Poems, Vol­ume One (1992) | tra­duc­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : REDOUTE Pierre-Joseph, Pivoines (1837) © Musée du Lou­vre.

OLIVER, Mary (1935–2019) : "Dans les bois marécageux" (1983, trad. Patrick Thonart, 2023)

Regarde, les arbres
trans­for­ment
leurs pro­pres corps
en piliers

de lumière,
ils déga­gent de rich­es
effluves de can­nelle
et de pléni­tude,

les longs cierges
des roseaux
éclosent et ond­u­lent au large
sur les épaule­ments bleus

des étangs,
et chaque étang,
quel que soit
son nom, est

désor­mais sans nom.
Chaque année,
tout ce que j'ai
pu appren­dre

dans ma vie
me ramène à cela : les flammes
et la riv­ière noire de la perte
dont l'autre rive

est le salut
et dont le sens
nous échap­pera à jamais.
Pour vivre dans ce monde,

tu dois savoir
faire trois choses :
aimer ce qui est mor­tel,
le ser­rer

con­tre tes os en sachant
que ta vie en dépend,
puis, une fois le temps venu de le laiss­er aller,
le laiss­er aller.

In Blackwater Woods

Look, the trees
are turn­ing
their own bod­ies
into pil­lars

of light,
are giv­ing off the rich
fra­grance of cin­na­mon
and ful­fill­ment,

the long tapers
of cat­tails
are burst­ing and float­ing away over
the blue shoul­ders

of the ponds,
and every pond,
no mat­ter what its
name is, is

name­less now.
Every year
every­thing
I have ever learned

in my life­time
leads back to this: the fires
and the black riv­er of loss
whose oth­er side

is sal­va­tion,
whose mean­ing
none of us will ever know.
To live in this world

you must be able
to do three things:
to love what is mor­tal;
to hold it

against your bones know­ing
your own life depends on it;
and, when the time comes to let it go,
to let it go.

Paru dans…
Amer­i­can Prim­i­tive (1983)

Affich­er le recueil dans la poet­i­ca…
Une Ourse dans le jardin (2023)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : tra­duc­tion, édi­tion et icono­gra­phie | source : Amer­i­can Prim­i­tive (1983) | tra­duc­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © Béné­dicte Wesel.

OLIVER, Mary (1935–2019) : "N’hésite pas…" (2017, trad. Patrick Thonart, 2023)

Si, soudaine­ment, tu es pris d’une joie inat­ten­due,
N’hésite pas. Aban­donne-toi. Il y a plein
de vies et de villes entières détru­ites ou en passe
de l’être. Nous ne sommes pas sages, et pas si sou­vent
gen­tils. Et beau­coup ne pour­ra être par­don­né.
Pour­tant, la vie a de la ressource. C’est peut-être
sa manière à elle de ren­dre les coups, qui fait que par­fois
quelque chose se passe qui est plus grand que toutes les richess­es
ou tous les pou­voirs du monde. Ça peut être n’importe quoi,
mais tu le ressens cer­taine­ment à l’instant pré­cis
où l’amour com­mence. De toute façon, c’est sou­vent le cas.
De toute façon, quoi que ce soit, n’aie pas peur
de son abon­dance. La joie n’est pas faite pour être une miette.

Don’t hesitate

If you sud­den­ly and unex­pect­ed­ly feel joy,
don’t hes­i­tate. Give in to it. There are plen­ty
of lives and whole towns destroyed or about
to be. We are not wise, and not very often
kind. And much can nev­er be redeemed.
Still, life has some pos­si­bil­i­ty left. Per­haps this
is its way of fight­ing back, that some­times
some­thing hap­pens bet­ter than all the rich­es
or pow­er in the world. It could be any­thing,
but very like­ly you notice it in the instant
when love begins. Any­way, that’s often the case.
Any­way, what­ev­er it is, don’t be afraid
of its plen­ty. Joy is not made to be a crumb.

Paru dans…
Devo­tions: The Select­ed Poems of Mary Oliv­er (2017)

Affich­er le recueil dans la poet­i­ca…
Une Ourse dans le jardin (2023)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : tra­duc­tion, édi­tion et icono­gra­phie | source : Devo­tions: The Select­ed Poems of Mary Oliv­er (2017) | tra­duc­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © DR.

OLIVER, Mary (1935–2019) : "Pluie" (1992, trad. Patrick Thonart, 2023)

1

Tout l’après-midi, il a plu, et soudain
un pou­voir inouï a sur­gi des nuages
le long d’un fil jaune,
aus­si impérieux que Dieu devrait l’être.
Quand il a frap­pé l’arbre, son corps
s’est ouvert à jamais.

2 Le marais

La nuit dernière, sous la pluie, des détenus ont escal­adé
la clô­ture de bar­belés de la prison.
Dans l’obscurité, ils se sont demandés s’ils pour­raient le faire, et ils savaient
qu’ils devaient essay­er de le faire.
Dans l’obscurité, ils ont escal­adé la clô­ture, poignant et poignant encore
dans les bar­belés.
Mal­gré l’obscurité, la plu­part d’entre eux ont été repris et ren­voyés à l’intérieur du camp.
Mais quelques-uns d’entre eux grimpent tou­jours les bar­belés ou errent
dans les marais bleuâtres, de l’autre côté.
Que ressent un fil bar­belé quand on le saisit, comme on
saisir­ait un quignon de pain ou d’une paire de chaus­sures ?
Que ressent un fil bar­belé quand on le saisit, comme on
saisir­ait une assi­ette ou une fourchette, ou un bou­quet de fleurs ?
Que ressent un fil bar­belé quand on le saisit, comme on
saisir­ait un bou­ton de porte, des papiers, un drap pro­pre pour se gliss­er dessous ?

3

Ou ceci : il pleu­vait, mon oncle
gisait dans le parterre fleuri,
froid et brisé,
tiré de sa voiture, moteur au ralen­ti,
calfeu­trée de chif­fons, et le bril­lant
de ce long tuyau. Mon père a crié,
puis l’ambulance est venue,
puis nous avons tous regardé la mort,
puis l’ambulance l’a emmené.
Du porche de la mai­son,
je me suis retournée une fois encore
cher­chant mon père, qui s’attardait,
qui était tou­jours debout dans les fleurs,
qui était cet homme de boue immo­bile,
qui était ce petit per­son­nage dans la pluie

4 Petit matin, mon anniversaire

Les escar­gots glis­sent sur le patin rose de leur corps
au milieu des belles-de-jour.
L’araignée est assoupie par­mi les pouces rouges
des frais­es.
Que vais-je faire, que vais-je faire ?
La pluie est lente.
Les petits oiseaux vivent en son sein.
Même les scarabées.
Les feuilles vertes lapent ses gouttes.
Que vais-je faire, que vais-je faire ?
La guêpe est assise sous le porche de son château de papi­er.
Le héron bleu plane hors des nuages.
Le pois­son saute hors des eaux som­bres, tout en bouche et en arc-en-ciel.
Ce matin, les nénuphars ne sont pas moins char­mants, selon moi,
que les nymphéas de Mon­et.
Je ne veux plus être utile, plus être docile, je ne veux plus emmen­er
les enfants loin des prairies jusque dans le dis­cours
de la décence, et leur incul­quer qu’ils sont (ou pas) mieux
que l’herbe elle-même.

5 Au bord de l’océan

J’ai déjà enten­du cette musique,
déclara le corps.

6 Le jardin

La gaine ourlée
du chou frisé,
la cloche creuse
du poivron,
l’oignon ver­nis.
Bet­ter­ave, bour­rache, tomates.
Hari­cots verts.
Je suis ren­trée et j’ai tout posé
sur la table de la cui­sine : ciboulette, per­sil, aneth,
le pot­iron comme une lune pâle,
les pois dans leurs pan­tou­fles de soie, l’éblouissant maïs
trem­pé de pluie.

7 La forêt

La nuit
sous les arbres
le ser­pent noir
rampe humide
en se frot­tant
dure­ment
con­tre les racines de san­guinaire,
les feuilles jaunes,
les petits ergots des écorces,
pour arracher
son anci­enne vie.
Je ne sais
s’il sait
ce qui se passe.
Je ne sais
s’il sait
s’il va y arriv­er.
Au loin,
la lune et les étoiles
parta­gent une faible lueur.
Au loin,
une chou­ette hul­ule.

Au loin
une chou­ette hul­ule.
Le ser­pent sait
que ces bois sont aux chou­ettes,
que ces bois sont à la mort,
que ces bois sont une épreuve,
où il faut ram­per et encore ram­per,
où il faut vivre par­mi les coss­es des arbres,
où il faut s’allonger sur les brindilles sauvages
qui ne peu­vent sup­port­er son poids,
où la vie n’a pas de sens
et n’est ni polie, ni intel­li­gente.
Où la vie n’a pas de sens
et n’est ni polie, ni intel­li­gente,
il com­mence
à pleu­voir,
il com­mence
à embaumer comme le corps
des fleurs.
Der­rière la tête
l’ancienne peau se fend.
Le ser­pent fris­sonne
mais n’hésite pas.
Il avance d’un pouce.
Il com­mence à s’écouler comme sang,
comme du satin.

Rain

1

All after­noon it rained, then
such pow­er came down from the clouds
on a yel­low thread,
as author­i­ta­tive as God is sup­posed to be.
When it hit the tree, her body
opened for­ev­er.

2 The Swamp

Last night, in the rain, some of the men climbed over
the barbed-wire fence of the deten­tion cen­ter.
ln the dark­ness they won­dered if they could do it, and knew
they had to try to do it.
ln the dark­ness they climbed the wire, hand­ful after hand­ful
of barbed wire.
Even in the dark­ness most of them were caught and sent back
to the camp inside.
But a few are still climb­ing the barbed wire, or wad­ing through the blue swamp on the oth­er side.

What does barbed wire feel like when you grip it, as though
it were a loaf of bread, or a pair of shoes?
What does barbed wire feel like when you grip it, as though
it were a plate and a fork, or a hand­ful of flow­ers?
What does barbed wire feel like when you grip it, as though
it were the han­dle of a door, work­ing papers, a clean sheet
you want to draw over your body?

3

Or this one: on a rainy day, my uncle
lying in the flower bed,
cold and bro­ken,
dragged from the idling car
with its plug of rags, and its gleam­ing
length of hose. My father
shout­ed,
then the ambu­lance came,
then we all looked at death,
then the ambu­lance took him away.
From the porch of the house
I turned back once again
look­ing for my father, who had lin­gered,
who was still stand­ing in the flow­ers,
who was that motion­less mud­dy man,
who was that tiny fig­ure in the rain.

4 Ear­ly Morn­ing, My Birth­day

The snails on the pink sleds of their bod­ies are mov­ing
among the morn­ing glo­ries.
The spi­der is asleep among the red thumbs
of the rasp­ber­ries.
What shall I do, what shall I do?

The rain is slow.
The lit­tle birds are alive in it.
Even the bee­tles.
The green leaves lap it up.
What shall I do, what shall I do?

The wasp sits on the porch of her paper cas­tle.
The blue heron floats out of the clouds.
The fish leap, all rain­bow and mouth, from the dark water.

This morn­ing the water lilies are no less love­ly, I think,
than the lilies of Mon­et.
And I do not want any­more to be use­ful, to be docile, to lead
chil­dren out of the fields into the text
of civil­i­ty, to teach them that they are (they are not) bet­ter
than the grass.

5 At the Edge of the Ocean

I have heard this music before,
saith the body.

6 The Gar­den

The kale's
puck­ered sleeve,
the pepper's
hol­low bell,
the lac­quered onion.

Beets, bor­age, toma­toes.
Green beans.

I came in and I put every­thing
on the counter: chives, pars­ley, dill,
the squash like a pale moon,
peas in their silky shoes, the daz­zling
rain-drenched corn.

7 The For­est

At night
under the trees
the black snake
jel­lies for­ward
rub­bing
rough­ly
the stems of the blood­root,
the yel­low leaves,
lit­tle boul­ders of bark,
to take off
the old life.
I don't know
if he knows
what is hap­pen­ing.
I don't know
if he knows
it will work.
In the dis­tance
the moon and the stars
give a lit­tle light.
In the dis­tance
the owl cries out.

In the dis­tance
the owl cries out.
The snake knows
these are the owl's woods,
these are the woods of death,
these are the woods of hard­ship
where you crawl and crawl,
where you live in the husks of trees,
where you lie on the wild twigs
and they can­not bear your weight,
where life has no pur­pose
and is nei­ther civ­il nor intel­li­gent.

Where life has no pur­pose,
and is nei­ther civ­il nor intel­li­gent,
it begins
to rain,
it begins
to smell like the bod­ies
of flow­ers.
At the back of the neck
the old skin splits.
The snake shiv­ers
but does not hes­i­tate.
He inch­es for­ward.
He begins to bleed through
like satin.

Paru dans…
New and Select­ed Poems, Vol­ume One (1992)

Affich­er le recueil dans la poet­i­ca…
Une Ourse dans le jardin (2023)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : tra­duc­tion, édi­tion et icono­gra­phie | source : New and Select­ed Poems, Vol­ume One (1992) | tra­duc­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © Béné­dicte Wesel.

OLIVER, Mary (1935–2019) : "Rage" (1986, trad. Patrick Thonart, 2023)

Tu es le chant ténébreux
du matin ;
sérieux et lent,
tu te ras­es, tu t’habilles,
tu descends les escaliers
dans tes habits publics
puis tu prends la route, tu deviens
le sage, le puis­sant,
qui rend chaque jour
pos­si­ble dans le monde.
Mais tu étais aus­si ce chant pour­pre
dans la nuit,
trébuchant à tra­vers la mai­son
jusqu’au lit de l’enfant,
jusqu’à la rose humide de son corps,
pour y laiss­er ton goût amer.
Et pour tou­jours ces nuits gron­dent sous
la machiner­ie déli­cate des jours.
Quand la mère de l’enfant sourit
tu vois sur ses pom­mettes
une vérité que tu ne con­fesseras jamais ;
et tu vois com­ment l’enfant grandit–
timide­ment, accroupie dans les coins de mur.
Quelque­fois dans la nuit pro­fonde
tu entends les larmes les plus désolantes,
un moment de viol et de ter­reur.
Dans tes rêves, elle est un arbre
qui n’aura jamais de feuilles–
dans tes rêves, elle est une mon­tre
que tu as jetée sur des pier­res som­bres
et dont per­son­ne ne retrou­vera tous les frag­ments–
dans tes rêves tu as souil­lé et tué,
et les rêves ne mentent jamais.

Rage

You are the dark song
of the morn­ing;
seri­ous and slow,
you shave, you dress,
you descend the stairs
in your pub­lic clothes
and dri­ve away, you become
the wise and pow­er­ful one
who makes all the days
pos­si­ble in the world.
But you were also the red song
in the night,
stum­bling through the house
to the child’s bed,
to the damp rose of her body,
leav­ing your bit­ter taste.
And for­ev­er those nights snarl
the del­i­cate machin­ery of the days.
When the child’s moth­er smiles
you see on her cheek­bones
a truth you will nev­er con­fess;
and you see how the child grows–
timid­ly, crouch­ing in cor­ners.
Some­times in the wide night
you hear the most mourn­ful cry,
a rav­ished and ter­ri­ble moment.
In your dreams she’s a tree
that will nev­er come to leaf–
in your dreams she’s a watch
you dropped on the dark stones
till no one could gath­er the frag­ments–
in your dreams you have sul­lied and mur­dered,
and dreams do not lie.

Paru dans…
Dream Work (1986)

Affich­er le recueil dans la poet­i­ca…
Une Ourse dans le jardin (2023)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : tra­duc­tion, édi­tion et icono­gra­phie | source : Dream Work (1986) | tra­duc­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © Béné­dicte Wesel.

OLIVER, Mary (1935–2019) : "Le matin, je descends sur la plage…" (2012, trad. Patrick Thonart, 2023)

Le matin, je descends sur la plage
où, selon l'heure, les vagues
mon­tent ou descen­dent,
et je leur dis, oh, comme je suis triste,
que vais-je–
que dois-je faire ? Et la mer me dit,
de sa jolie voix :
Excuse-moi, j'ai à faire.

I go down to the shore in the morn­ing
and depend­ing on the hour the waves
are rolling in or mov­ing out,
and I say, oh, I am mis­er­able,
what shall–
what should I do? And the sea says
in its love­ly voice:
Excuse me, I have work to do.

Paru dans…
A Thou­sand Morn­ings (2012)

Affich­er le recueil dans la poet­i­ca…
Une Ourse dans le jardin (2023)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : tra­duc­tion, édi­tion et icono­gra­phie | source : A Thou­sand Morn­ings (2012) | tra­duc­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © Mol­ly Mal­one Cook.

OLIVER, Mary (1935–2019) : "En hommage à une certaine folie" (1992, trad. Patrick Thonart, 2023)

Les soirs d’hiver,
ma grand’mère,
qui n’avait plus toute sa tête
(une par­tie s’en était retournée vers la Bohème),

éta­lait des jour­naux sur le sol de la véran­da
pour que les four­mis, dis­ait-elle, puis­sent s’y gliss­er,
comme sous une cou­ver­ture, et rester au chaud,

et moi, que pour­rais-je me souhaiter,
si ce n’est, une fois frap­pée par l’éclair des années,
d’être comme elle, avec ce qui lui restait, tout cet amour.

In Praise of Craziness of a Certain Kind

On cold evenings
my grand­moth­er,
with own­er­ship of half her mind-
the oth­er half hav­ing flown back to Bohemia-
spread news­pa­pers over the porch floor
so, she said, the gar­den ants could crawl beneath,
as under a blan­ket, and keep warm,
and what shall I wish for, for myself,
but, being so struck by the light­ning of years,
to be like her with what is left, that lov­ing.

Paru dans…
New and Select­ed Poems, Vol­ume Two (1992)

Affich­er le recueil dans la poet­i­ca…
Une Ourse dans le jardin (2023)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : tra­duc­tion, édi­tion et icono­gra­phie | source : New and Select­ed Poems, Vol­ume Two (1992) | tra­duc­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © Béné­dicte Wesel.

OLIVER, Mary (1935–2019) : "Un rêve d’arbres" (1963, trad. Patrick Thonart, 2023)

Quelque chose en moi a rêvé d’arbres,
D’une mai­son pais­i­ble, de quelques mod­estes arpents de ver­dure
Un peu éloignés de toute cité bruyante,
Un peu éloignés des usines, des écoles, des lamen­ta­tions.
J’y aurais du temps, pen­sais-je, et j’y gag­n­erais du temps,
Avec pour seule com­pag­nie riv­ières et oiseaux,
Pour extraire de ma vie quelques stro­phes sauvages.
Puis j’ai réal­isé que la mort était comme ça,
Un peu éloignée de n’importe où.

Quelque chose en moi rêve tou­jours d’arbres.
Mais qu’importe. Nos­tal­giques de la mod­éra­tion,
La moitié des artistes du monde se rétré­cis­sent ou dis­parais­sent.
Si quelqu’un trou­ve une solu­tion, qu’il le dise.
Entretemps, mon cœur glisse vers les lamen­ta­tions
Où, alors que le temps appelle notre réel engage­ment,
Les lames nues de chaque crise mon­trent le chemin.

Si seule­ment il n’en était pas ain­si… mais il en est ain­si.
Qui a déjà com­posé la musique d’un jour sans excès ?

A dream of trees

There is a thing in me that dreamed of trees,
A qui­et house, some green and mod­est acres
A lit­tle way from every trou­bling town,
A lit­tle way from fac­to­ries, schools, laments.
I would have time, I thought, and time to spare,
With only streams and birds for com­pa­ny,
To build out of my life a few wild stan­zas.
And then it came to me, that so was death,
A lit­tle way away from every­where.

There is a thing in me still dreams of trees.
But let it go. Home­sick for mod­er­a­tion,
Half the world’s artists shrink or fall away.
If any find solu­tion, let him tell it.
Mean­while I bend my heart toward lamen­ta­tion
Where, as the times implore our true involve­ment,
The blades of every cri­sis point the way.

I would it were not so, but so it is.
Who ever made music of a mild day?

Paru dans…
No Voy­age and Oth­er Poems (1963)

Affich­er le recueil dans la poet­i­ca…
Une Ourse dans le jardin (2023)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : tra­duc­tion, édi­tion et icono­gra­phie | source : No Voy­age and Oth­er Poems (1963) | tra­duc­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : BLAKE, William : I want ! I want ! (détail, 1793) © The Fitzwilliam Muse­um.

OLIVER, Mary (1935–2019) : "Printemps" (1990, trad. Patrick Thonart, 2023)

Quelque part,
une ourse noire
vient de se réveiller
et regarde

vers la val­lée.
La nuit durant,
dans le frémisse­ment et l’agitation
du print­emps nais­sant,

je pense à elle,
à ses qua­tre poings
foulant le gravier,
à sa langue rouge

comme le feu
qui frôle l’herbe
et l’eau fraîche.
Il n’y a qu’une ques­tion :

com­ment aimer ce monde.
Je pense à elle
qui se dresse
comme une cor­niche noire de feuilles

et qui carde de ses griffes
le silence
des arbres.
Quelle que soit

ma vie par ailleurs,
avec ses poèmes
et sa musique
et ses cités de verre,

elle est aus­si cette ombre écla­tante
qui descend
les flancs de la mon­tagne,
souf­flant et goû­tant ;

le jour durant je pense à elle –
à ses crocs blancs,
à son silence,
à son amour par­fait.

Spring

Some­where
a black bear
has just risen from sleep
and is star­ing

down the moun­tain.
All night
in the brisk and shal­low rest­less­ness
of ear­ly spring

I think of her,
her four black fists
flick­ing the grav­el,
her tongue

like a red fire
touch­ing the grass,
the cold water.
There is only one ques­tion:

how to love this world.
I think of her
ris­ing
like a black and leafy ledge

to sharp­en her claws against
the silence
of the trees.
What­ev­er else

my life is
with its poems
and its music
and its glass cities,

it is also this daz­zling dark­ness
com­ing
down the moun­tain,
breath­ing and tast­ing;

all day I think of her—
her white teeth,
her word­less­ness,
her per­fect love.

Paru dans…
House of Light (1990)

Affich­er le recueil dans la poet­i­ca…
Une Ourse dans le jardin (2023)

Infos qual­ité…
Statut : validé | mode d’édition : tra­duc­tion, édi­tion et icono­gra­phie | source : Thirst: Poems (2007) | tra­duc­teur : Patrick Thonart | crédits illus­tra­tions : © Béné­dicte Wesel.